Yaoi Rpg

Forum Yaoi RPG.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 In a friend's arms... (PV Kazuo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Kenny Lystar
Membre
Membre
avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 18/09/2011

Mini-Fiche
Âge: 24 ans
Travail/Étude: Chirurgien
Relation: Amant

MessageSujet: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Jeu 10 Jan - 15:35



Il savait bien qu'il ne réussirait pas à berner aussi facilement son ami avec quelques paroles, mais c'était le mieux qu'il pouvait faire pour l'instant. Dire quelque chose, prononcer quelques mots. C'était tout ce qu'il pouvait faire pour le convaincre et, avouons-nous le, se convaincre lui-même. Or, autant sur son ami que sur lui-même, ça ne fonctionnait pas du tout. C'était trop visible, son visage était trop expressif. Était-ce ses yeux trop brillants qui l'avait trahi ou sa voix hésitante ? Il avait pourtant tenté de tout masquer… Mais ce n'était pas suffisant. Et il le savait, bien malgré lui. Il l'avait vu dans les yeux de son ami. L'inquiétude. Le scepticisme. La peine. La peur. Trop d'empathie. Trop d'émotions, ce n'était pas bon… Pas bon du tout…

Lorsque Kazuo lui affirma qu'il serait pour lui, qu'il ne le quitterait pas et qu'il le cajolerait, il se laissa faire, trouvant réconfort dans ces paroles trop douces, trop affectueuses. Étaient-ils réellement de trop ? Dans un cas comme celui-ci, ce n'était jamais réellement de trop. Mais, en même temps, il ne voulait pas blesser son ami. Il sentait toujours ses larmes. Larmes que, lui, il était incapable d'extérioriser. Incapable d'éliminer non plus : le poids sur son cœur était lourd. La raison de sa détresse n'était pas tant la vieille dame, ou plutôt, pas entièrement. C'était un entassement de tout. À tout garder et empiler au fond de lui, ça finissait par déborder et…

Tout en relevant lentement le masque qu'il s'était construit ces dernières années, il se dirigea vers la caisse, ne laissant passer entre ses lèvres que le stricte nécessaire. La solitude ne l'avait jamais blessé. Jamais heurté. Jamais. Mais ça, c'était avant aujourd'hui. Là, il sentait qu'être seul pourrait lui être fatal. Cette solitude qu'il aimait tant aurait fini par avoir le dessus sur lui si ça n'avait pas été de sa nouvelle rencontre.

Il sentit les doigts de son ami s'entrelacer avec les siens alors que la tête du plus jeune venait reposer sur son épaule, sentant son regard sur lui. Il n'osait se retourner et rencontrer ses deux orbes inquiets et emplies de tendresse. Il ne le supporterait tout simplement pas. Il avait déjà de la difficulté à garder son masque en place, alors si en plus il voyait l'affection dans le regard de son ami… Il ne s'en sortirait tout simplement pas.

Les mots que lui dédia son ami, qui en temps normal l'aurait fait rire d'être prit ainsi comme un enfant, ne pu que lui faire détourner la tête, ne voulant pas qu'il voit dans ses yeux le contrôle tremblant de ses émotions qu'il avait. La pression sur ses doigts ne fit que renforcer les paroles de Kazuo.

« Merci…, murmura-t-il, la gorge serrée. »

Le reste du chemin se fit dans le silence, Kenny évitant le regard de son ami, légèrement tendu. Il ne voulait penser à rien. Faire comme d'habitude. Pourquoi là ça ne fonctionnait pas ? Pourquoi là, il était incapable de taire se que son cœur voulait exprimer ? Pourquoi ?! Il se laissa tirer vers la porte comme une poupée de chiffon, tentant par tous les moyens d'oublier ce qui venait de se passer. Oublier que, avant ça, il y en avait eu plusieurs autres. Qu'il… Non ! Stop !

Le sourire de son ami, ami qui lui disait d'ouvrir et qu'il prendrait soin de lui, le laissa étrangement froid. Ce sourire, il l'avait déjà vue quelque part… Il ne creusa pas plus loin et déverrouilla la porte. Il la poussa et laissa son ami entrer en premier, lui faisant signe, puis entra après lui, ses sacs dans les mains.

Alors que la porte derrière lui se refermait et qu'une boule de poils noire venait les accueillir, il comprit.

« Clay …»

Il laissa tomber les sacs. Une pomme roula sur le plancher, mais il ne la vit même pas. La dame âgée. La fillette d'avant. Sa rencontre. Clay. Son sourire, ses mains, ses bras, ses yeux… Sa chaleur. Ses mots doux, réconfortants. Son premier et seul ami qu'il n'avait jamais eu avant Kazuo. Son meilleur ami, si plus affinités. Il n'avait pas réussi à le sauver. Tout comme il n'avait jamais réussi à sauver cette gamine et cette bonne vieille femme. Un entourage détruit, les larmes, la rage, la haine envers les médecins, envers soi-même, envers ce monde… La culpabilité. Grande. Énorme. La colère, gigantesque.

Deux personnes seulement aujourd'hui. Mais qu'en était-il de toutes les autres âmes avant cette journée ? Il avait arrêté de compter tant le nombre lui était douloureux. Il avait failli dans sa tâche d'ami, mais aussi dans celle en tant que médecin. Une autre vie avait glissé entre ses doigts. Une autre. Son regard se posa quelques secondes sur la photo sur le foyer. Clayton. Lui. Souriant, heureux. Il secoua la tête, ne voulant pas croire, ne pas penser que… Non…

Il posa une main à l'emplacement où devait se trouver son cœur, cet organe plus que douloureux. Les images lui revinrent en mémoire, comme un film. Comme si on l'avait attaché à une chaise, il revit tout. Le début et la fin. La joie et le drame. Mais surtout l'accident et son résultat. Il avait été le premier sur les lieux. Le premier à prendre son pouls. Le premier à embrasser sa peau et lui crier de ne pas le quitter.

Sa tête lui tournait, sa vue s'embrouillait. Il remarqua dans la brume de son esprit qu'il y avait une ou deux gouttes sur le plancher. Le plafond était percé ? Il leva ses grands yeux émeraude vers le haut de sa maison. Puis, comme si c'était une évidence, il porta une main tremblant au coin de ses yeux. C'était humide. Il donna un coup rageur sur le plancher, la fuite de ses yeux augmentant de seconde en seconde.

« C'est ma faute… Ils n'auraient jamais dû y rester… Ni elle…. Ni lui… Pardon… Je suis tellement désolé… »

Les sanglots eurent raison de son corps et vinrent le secouer plus durement qu'il ne l'aurait pensé. Clayton n'était plus là. Il ne serait plus jamais là. Les vies perdues ne seraient jamais remplacées. Et il devrait vivre avec le fardeau de leur mort jusqu'à son propre décès. Il en était responsable de tout. Il le savait. Tout le monde le savait. On lui avait si souvent répété...


[ Nos messages précédents? Tu veux dire, rps? Car si oui, ils sont encore là oo ]

----------------------------------------

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Kazuo Yamakishi
Membre
Membre
avatar

Messages : 349
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 28
Localisation : Entre la Lorraine et ma Bretagne ♥

Mini-Fiche
Âge: Kazuo a 21 ans
Travail/Étude: Il est Etudiant
Relation: Célibataire

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Dim 13 Jan - 10:13

Le silence pesa sur eux tout au long de leur chemin jusqu'à l'appartement de Kenny, Kazuo essayant de lui transmettre toute son affection et sa chaleur par le contact de ses doigts autour de ses siens. A vrai dire, il avait cruellement conscience de ne pas être d'une grande aide pour son ami en cet instant : tant qu'il ne s'ouvrait pas de lui-même à l'étudiant, il ne pouvait rien faire d'autre que de le soutenir sans un mot. Il garda pourtant une petite pointe de bonne humeur quand ils arrivèrent devant sa porte, restant imperturbable à son sourire glaciale qu'il avait eu comme seule réponse à son enthousiasme.

Le laissant la déverrouiller et le faire entrer en premier avant de le suivre, Kazuo garda un léger sourire sur les lèvres en serrant ses bras autour des sacs, le regardant attentivement alors qu'il ferma derrière eux. Une boule de poil noir bondit sur eux et alors que le petit pianiste allait se mettre à gazouiller devant la petite créature si mignonne, il sursauta en poussant un cri de surprise quand Kenny laissa tomber ses affaires par terre avant de s'effondrer en pleurant de gros sanglots douloureux, le corps tremblant violemment sous le poids de la peine qui semblait le hanter depuis bien trop longtemps...

« C'est ma faute... Ils n'auraient pas dû y rester... Ni elle... Ni lui... Pardon... Je suis tellement désolé... »

- Kenny... Souffla-t-il en le regardant d'un air hébété avant de poser ses sacs à terre et de s'agenouiller à ses côtés, n'osant le toucher de peur d’aggraver la situation.

Mais il n'allait quand même pas le laisser seul et brisé... Pas alors qu'ils s'étaient rapprochés l'un de l'autre... Se mordant les lèvres, Kazuo posa une main tremblante sur l'épaule du médecin, la caressa doucement avant de l'attirer contre son torse, le cachant dans ses bras et le berçant en murmurant des mots tendres et doux, pas question de l'abandonner !

Il ne savait pas combien de temps s'écoula et, à vrai dire, il s'en fichait comme de sa première couche, seul Kenny et son bien-être lui importait ! Quand il sentit que les pleurs et les tremblements commençaient à s'apaiser peu à peu, Kazuo l'aida à se relever et le soutint fermement jusqu'à l'attirer dans sa chambre, se permettant de violer son intimité pour l'allonger sur le lit. Tout doucement, il lui retira ses chaussures, chaussettes, manteau, écharpes, pull, pour le laisser en simple pantalon et tee-shirt avant de le faufiler sous ses draps.

- T'en fais pas grand-frère, je veille sur toi... Je ne te lâcherais pas... Murmura-t-il doucement en remontant les draps jusque sous son menton avant de caresser son visage, s'agenouillant par terre. Ne bouge pas d'accord ? Je reviens vite, je te promets... Chuchota-t-il tendrement avant d'embrasser sa joue.

Lui souriant avec chaleur, il quitta la chambre en laissant la porte ouverte pour qu'il l'entende avant d'attraper les sacs et de les déposer dans la cuisine qu'il réussit à trouver. Soigneux, il ne les vida pas de suite et prit un verre qu'il remplit d'eau fraîche et un gant de toilette humide avant de retourner voir son ami.

- Tu vois, je t'avais dit que je reviendrais vite... Dit-il doucement en s'agenouillant de nouveau à terre et devant lui. Attends un instant... Rajouta-t-il en débarbouillant un peu son visage avant de lui tendre le verre. Tu devrais boire un peu d'accord ? Ca devrait te faire un peu de bien grand-frère... Conclut-il en caressant sa joue, le couvant d'un regard chaleureux. Ca t'a fait du bien de pleurer un peu, tu te sens un peu soulagé ? Ce n'est pas bon de garder tout pour soi tu sais, je suis content que tu t'ai un peu libéré à présent...

----------------------------------------

---

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

---

=> [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] de Kazuo Yamakishi

---
Revenir en haut Aller en bas
Kenny Lystar
Membre
Membre
avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 18/09/2011

Mini-Fiche
Âge: 24 ans
Travail/Étude: Chirurgien
Relation: Amant

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Jeu 24 Jan - 16:24


Kenny sentit plus qu’il ne vit son ami le rejoindre sur le sol, les épaules tressautant, les larmes jaillissant sans sembler vouloir s’arrêter. Ou même ralentir. Cela faisait beaucoup trop longtemps qu’il enfouissant tout au fond de lui. Trop longtemps qu’il élevait un masque contre tous et, surtout, contre lui-même. Il y avait eu trop de fissures mise au grand jour : il avait cédé. Même lui avait des limites. Qui plus est, toute la douceur, l’affection et l’amour reçus par son ami et frère avait réellement chamboulé son esprit, ses émotions. Il avait été mis contre le mur : il avait développé –ou plutôt révélé- sa sensibilité et… voilà le résultat. Chose pas anormale, dirons-nous. On pouvait même dire qu’il en avait mis du temps avant de réagir. Des années et des années de confinement… Il avait seulement eu besoin des bras d’un ami. De Kazuo à ses côtés.

Il l’entendit murmurer son prénom alors qu’il se cachait le visage dans ses mains. Il sentit une main venir caresser son épaule avant d’être serrer avec force contre un torse chaud et ferme. Il s’y accrocha désespérément. Ses larmes vinrent souiller le vêtement de son ami alors qu’il ne pouvait s’empêcher de trembler. Ses sanglots déchirèrent le silence de la pièce. Il entendait les mots que son ami lui offraient, mais il ne parvenait pas à les identifier, encore moins à les comprendre. Ses mains ne voulaient plus lâcher son haut alors que son visage était bien enfouis. Chaque mot, chaque émotion qu’il avait vécus dans le passé revenait le happer avec force. Culpabilité, colère, tristesse, détresse...

Après ce qui lui sembla être une éternité, il sentit le flot de ses larmes ralentir et ses tremblements s’estomper. Il ne lâcha cependant pas son ami, bien accrocher à lui, effrayé à la seule idée qu’il le quitte maintenant. Il avait tant besoin de lui ! Lui et sa chaleur, son réconfort, sa douceur presque maternelle, sa présence…

Il fut soudainement attirer jusqu’à sa chambre, bien soutenu par son ami. Heureusement, d’ailleurs : ses jambes n’étaient pas très solides. Il se laissa border avec docilité, n’ayant pas l’esprit à penser au détaille ou même à refuser par orgueil. Si orgueil il avait ! Une fois sous les couvertes, il lança un regard embué à Kazuo. Il aurait préféré se blottir contre lui, mais il savait que ce serait probablement une chose mal vue. À ses paroles, il tenta d’esquisser un sourire, mais il rata, essuyant furtivement ses larmes.

« Merci… Petit frère…, chuchota-t-il la voix rauque.»

Il ferma les yeux au contact du baiser sur sa joue, puis le laissa partir en le suivant du regard. Il le laisse partir en silence, ne faisant que l’observer. Il se sentait un peu embrouillé, mais aussi très lourd. Ses pensées allaient dans toutes les directions, ne sachant pas trop où se diriger en fait. Il ne savait même pas lui-même où il allait comme ça. Il soupira, puis se blottit dans les draps, gardant les yeux fixés sur l’entrebâillement de la porte. Il entendit le bruit des sacs déposés, puis l’eau qu’on ouvrait. Il ne savait pas ce qu’il faisait, mais il lui faisait entièrement confiance.

Lorsque Kazuo revint, il se laissa rafraîchir en silence, l’écoutant attentivement. Lorsqu’il lui tendit le verre d’eau, il se redressa pour prendre convenablement le verre et ne pas le renverser. Il se laissa chouchouter, hochant la tête à sa question. Il prit une gorgée de son eau, puis s’étira pour le déposer sur sa table de chevet. Il croisa ensuite ses mains sur ses jambes, observant ces-dernières.

« Ça a fait du bien, bien sûr… Mais… Je suis désolé pour la scène que je t’ai fait et… que tu aies à prendre soins de moi ainsi alors que nous étions supposé passer une super soirée… J’ai tout gâché. Je suis vraiment désolé… Fit-il, tout penaud.»

Il se frotta les mains, puis se tourna vers lui, hésitant. Se confier à lui était-il une bonne idée ? Il ne voulait pas l’affubler d’un poids ou quoique ce soit. Bien sûr, il avait confiance en lui, mais…

« Je suis coupable, n’est-ce pas ? De leur mort. Je n’ai pas réussi à les guérir, pas réussit à retenir leur âme ici… J’ai failli à ma tâche de médecin, mais surtout en tant que celle d’ami. Je l’ai perdu, Kazuo. Sa voix devint tremblante à ce moment. Il est partit alors que j’avais encore besoin de lui… Il est partit alors que… nous… »

Il posa une main contre son front en se laissant retomber sur les oreillers, observant le plafond d’un regard morne, vide.

« Le monde est injuste… Ce n’est pas les belles âmes qui devraient y passer, mais celles pourries, comme la mienne. »

Il tourna la tête pour observer son ami, se mordant la lèvre inférieure.

----------------------------------------

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Kazuo Yamakishi
Membre
Membre
avatar

Messages : 349
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 28
Localisation : Entre la Lorraine et ma Bretagne ♥

Mini-Fiche
Âge: Kazuo a 21 ans
Travail/Étude: Il est Etudiant
Relation: Célibataire

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Dim 27 Jan - 22:02

{hrp: désolée pour la petite taille :S}

---

Kazuo soupira de soulagement en voyant que Kenny semblait se remettre doucement, ça l'avait beaucoup inquiété de le voir craquer aussi soudainement et brusquement. Mais il veillait sur lui à présent donc il ne devait plus se prendre la tête, il fallait aussi qu'il apprenne à se reposer sur d'autre, à ne pas tout garder pour lui, mais ça, le petit pianiste savait à quel point cela pouvait être dur pour certain. Et son ami semblait faire partie de cette catégorie...

- Non tu n'as pas tout gâché, ne dis pas de bêtise, le gourmanda-t-il gentiment en posant ses mains sur les siennes, les pressant doucement en lui souriant. Je suis sûr que nous passerons quand même une super soirée d'accord ? Et je vais pouvoir faire quelque chose pour toi, je vais pouvoir prendre soin de toi et ça c'est pas de la crotte de chamois tu sais ? C'est vraiment important pour moi, lui sourit-il en posant sa tête sur ses genoux sans cesser de le couver d'un regard tendre.

Pauvre Kenny... Il avait vraiment besoin de se reposer sur quelqu'un... L'écoutant avec toute son attention, Kazuo ne put s'empêcher de froncer des sourcils en l'entendant dire des choses pareilles.

- Attends un peu Kenny, ce n'est pas de ta faute s'ils sont morts d'accord ? Tu n'es pas un sur-homme, tu ne peux pas chasser la mort comme on chasserait un moustique, dit-il fermement en plantant avec sérieux ses yeux dans les siens. La mort fait partie de la vie, si tu n'as pas réussit à les faire rester avec toi c'est que tout simplement c'était leur heure de partir, cela n'a rien à voir avec tes capacités de médecin qui sont sûrement vraiment excellentes ! Alors ne redis plus ça d'accord ? Je suis sûr que ton ami serait furieux s'il t'entendait dire des bêtises pareilles ! S'exclama-t-il indigné avant de soupirer doucement en se relevant, s'asseyant à côté de lui pour l'enfouir dans ses bras et le cajoler en fermant les yeux. Tu es quelqu'un de formidable Kenny alors ne doute pas de toi, ce n'est pas de ta faute puisque tu as fait de ton mieux pour les faire rester ici... Souffla-t-il en embrassant ses cheveux, le gardant ancré et au chaud contre lui. Toi aussi tu as une âme merveilleuse mais tu souffres tellement dans le secret de ton cœur que tu ne la voies pas... Moi je la vois tu sais ? Et je te jure qu'elle est magnifique ton âme grand-frère...

----------------------------------------

---

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

---

=> [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] de Kazuo Yamakishi

---
Revenir en haut Aller en bas
Kenny Lystar
Membre
Membre
avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 18/09/2011

Mini-Fiche
Âge: 24 ans
Travail/Étude: Chirurgien
Relation: Amant

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Mar 29 Jan - 15:27


Ses pensées étaient confuses, tout autant que son esprits en lui-même. Cependant, s’il y avait bien une chose dont il était certain, c’était d’avoir briser la belle ambiance d’avant avec ses problèmes. Et il s’en voulait. Kazuo ne méritait pas d’avoir à subir ses problèmes, il n’avait pas à le faire non plus. Mais il savait qu’il le ferait tout de même, qu’il l’écouterait. Parce que c’était Kazuo, parce qu’il était ainsi. Par contre, cela ne changeait pas le fait qu’il ne voulait pas se reposer sur lui : s’il le faisait, il lui mettrait un poids sur les épaules. C’était égoïste. Il avait déjà ses propres problèmes, pourquoi irait-il lui ajouter les siens en plus?

Lorsque son ami lui adressa de nouveau la parole, posant ses mains sur les siennes, il l’observa de ses grands yeux turquoise. Il lui souriait en lui disant qu’il n’avait pas tout gâché, qu’ils passeraient probablement une super soirée malgré tout et qu’il allait prendre soin de lui. Oh, Kazuo, je n’en doute pas. Il était toujours là à s’occuper de ses états d’âme, à le cajoler… Il était réellement comme un frère. Un lien fraternel les liait et il espérait que jamais ce lien ne serait brisé. Il se sentait si bien à ses côtés… C’était comme un rayon de soleil dans une journée d’orage. Il lui suffisait de voir l’un des sourires de son ami pour retrouver le sien.

En sentant la tête de son ami sur ses genoux, il vint caresser sa tête, sa main passant dans ses cheveux dans un geste doux et délicat. Il aimait bien passer sa main dans les cheveux de son ami : c’était si doux…Après lui avoir fait part de ses remords, ses regrets et sa culpabilité, il vit son ami réagir rapidement. Les mots qu’il lui dit lui allèrent littéralement tout droit au cœur. Il leva de grands yeux innocents vers son ami alors que ce-dernier venait le serrer étroitement contre lui, l’enfermant dans une étreinte chaleureuse et rassurante. Chaque mot, chaque phrase lui redonnait un peu plus confiance en lui. Il avait envie de croire en lui, de croire qu’il n’était pas une si mauvaise personne. De croire ses mots, de croire que lui aussi, il avait une belle âme…

« Kazuo…, commença-t-il, ému, une larme solitaire roulant sur sa joue. Je t’aime tant, petit frère…, fit-il avec tendresse, posant un baiser sur sa joue en se blottissant un peu plus contre lui. Tu es vraiment quelqu’un d’extraordinaire… J’ai réellement énormément de chance de t’avoir près de moi. Énormément. »

Il respira un bon coup pour se calmer, puis offrit une dernière étreinte à son ami avant de déposer un baiser sur son front et se redresser. Il passa ensuite sa main dans les cheveux de son ami, lui caressant gentiment la tête. Il devait avoir faim, le pauvre. Avec toutes ses histoires, il les avaient pas mal retardés sur leur plan.

« Tout ce que tu m’as dis, Kazuo… Je te promets de le retenir. Pour toujours. J’ai confiance en toi et en ce que tu dis… »

Il vint prendre sa main, la serrant avec chaleur, avant de l’inciter à se relever. Ils avaient un repas à préparer ! Et puis, malgré tout ça, il avait quand même faim ! Il sourit doucement à son ami, essuyant ses yeux, puis le tira à sa suite, sa main dans la sienne. Il lui lança un dernier regard avant de se détourner et reprendre le chemin vers la cuisine. Il allait bien : il était donc inutile de rester au lit. Et puis, dans le lit, c’était ennuyant : il n’y avait rien à faire, rien d’amusant. Ils étaient bien mieux dans la cuisine ! Ils pourraient faire la pizza et tout le reste…

« Clay…, chuchota-t-il doucement en voyant la boule de poils courir vers lui pour finir par déraper et se heurter à son pied. »

Il rit doucement en prenant la petite boule noire dans ses bras, la collant contre lui. Immédiatement, elle ronronna en fermant les yeux, se frottant contre lui. Kenny lui caressa doucement la tête pendant un petit moment, puis la tendit pour la mettre dans les bras de son ami, sachant qu’il adorait les chatons.

«Je vais placer les courses… En attendant, tu peux jouer avec Clay, si tu veux. Ou regarder la télévision… Il lança un regard sur le divan en L, puis avisa la télécommande sur le dossier. La télécommande est là. Il la pointa. Bref, tu peux relaxer. Fais comme chez toi. Après tout, tu seras toujours le bienvenu ici. »

Il alla s’attaquer aux sacs, lançant un regard à son ami par-dessus son épaule. Il était redevenu calme, serein. Parler à son ami de son passé, de ses tourments, l’avait grandement aider. Ça lui avait fait un bien fou, en fait.

----------------------------------------

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Kazuo Yamakishi
Membre
Membre
avatar

Messages : 349
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 28
Localisation : Entre la Lorraine et ma Bretagne ♥

Mini-Fiche
Âge: Kazuo a 21 ans
Travail/Étude: Il est Etudiant
Relation: Célibataire

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Ven 1 Fév - 13:15

Il aimait bien qu'on lui tripatouille les cheveux, cela faisait naître des frissons de délice dans tout son corps : pour un peu et il en aurait ronronner d'extase comme les chats. Peut-être que, tout comme avec Clay, il l'aurait adopté. Souriant rêveusement en se laissant volontiers faire, il n'oublia pas cependant à quel point Kenny était mal et se flagellait méchamment : comment une personne dans le fond si gentil pouvait dire autant de mal sur elle-même ? En rien le médecin n'était fautif ou quoique ce soit d'aussi idiot, il était gentil et prévenant, toujours soucieux des autres et de sa façon de travailler. Il ne le laisserait pas dire des horreurs pareilles, foi de Kazuo !

- Moi aussi je t'aime vraiment beaucoup Kenny alors dis pas ça d'accord ? Ce sont que des mensonges qui te blessent inutilement : je ne me lie pas avec beaucoup de monde mais quand cela arrive, je me trompe rarement avec la personne tu sais ? Du plus profond de mon cœur, je suis convaincu par ta gentillesse et ton professionnalisme, dit-il doucement en le serrant fort dans ses bras, embrassant une tempe en caressant ses cheveux dans une parodie d'étreinte maternelle.

Il avait bien fait de choisir de passer la soirée avec lui en tout cas, il n'allait pas le laisser seul et il lui changerait les idées pour qu'il soit de bonne humeur à nouveau ! Le laissant se libérer pour se reprendre, il le regarda faire en souriant tendrement avant de ronronner du mieux qu'il pouvait quand son ami se remit à cajoler ses cheveux. Dieu qu'il aimait ça ! Le fixant avec une bouffée de tendresse, Kazuo se mit à rougir doucement en l'entendant dire qu'il croyait en lui et ses paroles, et se jura de faire tout ce qu'il pouvait pour ne pas qu'il ait à regretter cela.

Il lia leurs doigts ensemble et se leva avant de le suivre en souriant de plus belle, lui aussi affamé, avant de rire doucement quand il lui tendit d'autorité la petite boule de poil qui miaula en quête de tendresse. Pourtant, il ne s'attendait pas à ce qu'il les laisse devant la télé. Ah non pas question ! Plissant le nez, il s'avança vers Kenny et bougea doucement les sacs pour s'asseoir à côté d'eux, sur le plan de travail, dans la cuisine.

- Pas question que je me laisse vivoter comme cela ! Moi, je veux qu'on fasse les pizza ensemble ! Ce sera quand même plus drôle non ? Dit-il un peu boudeusement. Et puis, on pourrait faire une bataille d'ingrédients pour devenir des pizza humaines vivantes, non ? Et prendre notre bain ensemble, peut-être même tous les trois si Clay est d'accord avec nous, pouffa-t-il de rire, des étoiles d'amusements dans les yeux. J'ai envie de découvrir ce que font les frères entre eux, moi...

----------------------------------------

---

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

---

=> [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] de Kazuo Yamakishi

---
Revenir en haut Aller en bas
Kenny Lystar
Membre
Membre
avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 18/09/2011

Mini-Fiche
Âge: 24 ans
Travail/Étude: Chirurgien
Relation: Amant

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Dim 3 Fév - 15:49


Une fois qu’il avait entraîné son ami dans la cuisine, leurs mains liées, il lui avait donné le petit chaton pour qu’il puisse patienter le temps qu’il range les aliments. Après tout, les sacs étaient encore là, attendant docilement d’être rangés. Il lança un petit regard à son ami alors qu’il commençait déjà sa tâche, tirant de l’un des sacs une boîte de sauce tomate un peu enfoncée. Ah, ça, il savait de où ça venait… Il se mordit la lèvre inférieure en tentant de faire le vide et de passer à autre chose. Revenir sur le sujet n’avait rien d’intéressant et ne ferait que du mal. Là, il allait bien. Il se sentait plus léger… Il ne voulait plus être enchaîné.

Il vit du coin de l’œil son ami se faire une place sur le petit comptoir pour s’y assoir, semblant contrarié. Il pencha la tête sur le côté en l’observant, tentant de comprendre ce qu’il avait fait ou dit de mal. Il attendit donc qu’il prenne parole pour comprendre sa réaction. Se laisser vivoter ? Il papillonna des yeux. Il voulait simplement tout ranger avant de se mettre à la tâche… Lorsqu’il lui dit que ce serait plus amusant de faire les pizzas à deux, il ne put qu’hocher la tête, n’aillant jamais douter de cette affirmation. Après tout, c’était avec lui qu’il voulait la faire au départ ! C’était une activité entre frère, entre ami.

La mention sur les pizzas géantes le mit pendant quelques secondes dans l’embarras. Il n’avait jamais, mais alors jamais fait ça. L’idée de lancer un ingrédient, ne serait-ce qu’un raisin, ne lui avait jamais réellement traversé l’esprit. Il savait que la nourriture était un bien précieux et éphémère. Et pourtant… Cette bataille de nourriture lui semblait tentante. Voir très alléchante. Il n’avait jamais fait ça, mais il aimerait le faire. Au moins une fois… Avec son frère, c’était encore mieux non ? La suite sur le bain le fit rire. Ça aussi, ce serait une première. Il avait partagé un bain qu’avec une seule et unique personne dans toute sa vie : son défunt ami, Clayton.

Il posa une main sur la cuisse de son ami et la tapota gentiment.

« Ne t’inquiète pas, je n’avais pas l’intention de faire la pizza seul… C’est long, tout seul, mais aussi extrêmement ennuyeux ! Je veux simplement tout ranger ce que nous n’avons pas besoin avant de commencer… Et à cela, je ne crois pas que tu puisses m’aider, fit-il en lui souriant doucement. »

Tout en retournant à sa tâche, il continua :

« Quant aux pizzas géantes… Je t’avoue n’avoir jamais fait ça. Par contre, je ne dis pas non à cette nouvelle expérience… Par contre, je te déconseille d’apporter Clay dans l’eau : il en a aussi peur que moi. »

Lorsqu’il eut fini, il serra les sacs et fit de la place sur le plan de travail. Il observa ensuite son ami, souriant doucement.

« Prêt, frérot ? »

Il se baissa et prit son tablier pour l’enfiler, en tendant un autre à son ami. Avoir un tablier de rechange était toujours utile vue sa maladresse ! Bon, il n’était sûrement pas le plus beau des tabliers : bleu ciel avec deux grandes étoiles jaunes superposées au centre, c’était plus féminin qu’autre chose. Quoique… ça allait bien à son ami. Voir très bien ! Il s’attacha par la suite les cheveux, vue que depuis un certain temps il les avaient laissés un peu trop pousser.

« Tiens… Kazuo, tu es bon coiffeur ? J’aurais probablement besoin d’une coupe, si ça te dis, lui lança-t-il avec un sourire candide. »

----------------------------------------

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Kazuo Yamakishi
Membre
Membre
avatar

Messages : 349
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 28
Localisation : Entre la Lorraine et ma Bretagne ♥

Mini-Fiche
Âge: Kazuo a 21 ans
Travail/Étude: Il est Etudiant
Relation: Célibataire

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Jeu 7 Fév - 1:36

Rougissant doucement en le sentant tapoter sa cuisse, Kazuo gratouilla de plus belle les oreilles de Clay qui se mit à ronronner bienheureusement, comme un petit moteur. Il était à mille lieux de penser que celui qui lui donnait autant de plaisir avait pour objectif de le mettre ignoblement dans un bain... Nul doute que le chaton allait les bouder une fois qu'ils auraient finit de se nettoyer. Pouffant de rire en regardant le chat, le petit pianiste se retourna vers Kenny en lui souriant, vraiment soulagé de le voir de meilleur forme et humeur, et impatient de faire des choses que des frères faisaient en semble.

- Tu as raison, je ne sais pas du tout où tu ranges quoi, lui répondit-il en arborant un air gêné tout mignon. Moi non plus je n'ai jamais fait de pizza, encore moins des géantes : j'avais l'habitude d'en commander si j'avais j'en avais besoin et ce n'était pas dans mon passé qu'on me laissait accéder à la cuisine... Mais je suis sûr que pour une première fois ça va être vraiment amusant et je suis convaincu qu'on en ressortira tout sale, rit-il en le regardant ranger avec curiosité. Et puis la farine ça vole partout tu sais et si on met de la nourriture partout, j'suis sûr qu'il sortira de sa cachette et bravera les dangers pour remplir son petit estomac alors il finira tout aussi sale que nous ! S'exclama-t-il tout fier de sa déduction. J'ai des dons de voyant alors je t'affirme sans hésiter qu'une fois le repas en train de cuire tranquillement dans le four, nous serons dans l'obligation tous les trois de se récurer jusqu'à l'os... Dit-il dans un ton pseudo-mystique avant de rire de plus belle.

Il était tout simplement heureux, dans un nuage de bonheur et de contentement avec Kenny et le petit chat. Libérant la petite boule de poil, Kazuo descendit du comptoir et attrapa le tablier qu'il lui prêta avant de le nouer, tout fier tout content, un vrai chiot.

- Bon coiffeur ? Bah écoute je n'ai jamais coupé les cheveux de qui que ce soit mais si tu me surveilles dans le miroir je veux bien essayer de faire quelque chose pour ta crinière, lui sourit-il en titillant quelques mèches de Kenny en s'imaginant essayer de lui couper les cheveux. Tu as de beaux cheveux... Ils sont plus doux que les miens je trouve... Dit-il naïvement avant de lui sourire et de se presser vers le plan de travail. Bon je connais la recette même si j'en ai jamais fait : pour la pâte, il nous faut de la farine, des œufs, du sel, de la levure, de l'huile d'olive et un peu d'eau chaude, énuméra-t-il en plissant les yeux sous la réflexion. Pour le fond, de la sauce tomate toute simple et pour la garniture... Hmmm tout ce qu'on veut en fait ! De la tomate, du jambon, des champignons, de la salade, du saumon cuit, du maïs, du gruyère râpé, des noix de saint-jacques cuites... Hmmmm ça me donne faim tout ça ! S'exclama-t-il en se tenant le ventre qui venait de se mettre à gargouiller.

----------------------------------------

---

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

---

=> [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] de Kazuo Yamakishi

---
Revenir en haut Aller en bas
Kenny Lystar
Membre
Membre
avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 18/09/2011

Mini-Fiche
Âge: 24 ans
Travail/Étude: Chirurgien
Relation: Amant

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Ven 8 Fév - 18:20


Eh bien, chose certaine : son ami aimait définitivement Clay ! Il n’y avait qu’à voir ses yeux pétiller. Qui plus est, son chaton lui rendait bien : il semblait réellement heureux de toute cette attention. D’ailleurs, en entendant ses féroces ronronnements, il n’y avait aucun doute sur l’affection que lui portait la petite boule de poils. Le sourire en coin, Kenny ne pipa mot et laissa les deux êtres ensemble, laissant son compagnon à quatre pattes profiter de Kazuo : après tout, il était extrêmement rare qu’ils aient un invité ! En fait, il n’avait jamais reçu personne, ici. Pour plusieurs raisons : mais pas de bonnes, probablement. La plus récurrente était qu’il ne réussissait jamais à s’entendre avec quelqu’un. Sa peur de s’attacher à quelqu’un était beaucoup trop forte : les autres le sentaient et dégageaient. Personne ne lui avait jamais tenu tête comme Kazuo l’avait fait… Jamais. Personne… Personne n’avait jamais tenté de le comprendre.

Il secoua la tête, chassant ses pensées pour se concentrer sur son ami. Il l’écouta lui confirmer que, effectivement, il n’aurait su où placer tel ou tel condiment. Ce qui était naturel : il n’avait jamais mis les pieds ici. Le contraire aurait été étrange ! Lorsqu’il lui dit qu’il n’avait jamais faite de pizza, il sourit. Ce n’était pas tant grave : lui, il connaissait la recette par cœur ! À l’évocation des pizzas géantes et qu’il faudrait, par la suite, qu’ils se lavent tout les trois, il sourit :

« Une chance que ma baignoire est grande ! On va aisément pouvoir entrer trois…»

Il lança un regard en coin à son ami, voyant qu’il mettait le tablier. Il lui sourit, puis alla derrière le comptoir, remarquant l’air rayonnant de son ami. Le voir ainsi lui réchauffait le cœur. Le voir heureux lui suffisait pour sourire à son tour. Il aimait tant le voir sourire : c’était réconfortant. Il le laissa toucher quelques mèches de ses cheveux, le regardant attentivement lorsqu’il lui dit qu’il voudrait bien, s’il le surveille. Lorsqu’il complimenta ses cheveux, disant qu’ils étaient plus doux que les siens, il éclata de rire.

« Mais non ! Les tiens aussi sont très doux, Kazuo ! Autant que les miens, sinon plus !, fit-il avec tendresse. »

Lorsque son ami lui dit qu’il connaissait la recette, lui énumérant les ingrédients comme preuve, il resta sidéré. Il se reprit cependant en entendant son ventre gargouiller, riant doucement. Il alla prendre les aliments nécessaires, puis les dépsa un par un sur le plan de travail, en retrait pour ne pas encombrer. Il dut faire plusieurs voyages, mais, au final, tout se retrouva à leur place.

« Bien ! Nous pouvons donc commencer… Il va falloir se diviser le travail ! Tu veux faire la garniture ou la pâte ? Ou peut-être que tu veux diviser le tout d’une autre façon ? Je suis toute ouïe à toute proposition, Kazu ! »

Il sortit un grand bol, puis attendit la réponse à son ami avant de commencer, voulant qu’il se sente à l’aise avec lui, ici. Il ne voulait pas lui donner d’ordre ou le contrôler : il voulait que le travail soit plaisant et amusant.

----------------------------------------

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Kazuo Yamakishi
Membre
Membre
avatar

Messages : 349
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 28
Localisation : Entre la Lorraine et ma Bretagne ♥

Mini-Fiche
Âge: Kazuo a 21 ans
Travail/Étude: Il est Etudiant
Relation: Célibataire

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Jeu 14 Fév - 5:09

{hrp: désolée pour la petite taille et la qualité médiocre mais je sors tant bien que mal de maladie donc bon je suis un peu patraque ^^'}



Les ronronnements de moteur de Clay faisaient fleurir un sourire sans fin sur les lèvres de Kazuo qui cherchait le meilleur endroit pour gratouiller et faire retentir toujours plus fort le chant du chaton tout content que le monde tourne autour de lui et de son bien-être. Le petit pianiste se sentait tellement bien en leur compagnie à tous les deux, il avait le cœur en fête !

Guettant le moment où Kenny aurait terminé de ranger ses affaires, Kazuo finit par libérer la boule de poil qui s'en alla fouiller dans les sacs à terre et enfila de bonne grâce le tablier qu'il lui confia, adorant les couleurs du tissus.

- Il va falloir être courageux pour nettoyer la salle de bain après, pouffa-t-il de rire en les imaginant prendre un bain tous les trois ensemble, le chat miaulant de protestation en les griffant et en mettant de l'eau partout... Pauvre bête !

Riant en fixant Clay alors qu'il s'imaginait ce qu'il se passerait plus tard dans le bain, Kazuo retourna auprès du médecin qui avait prit soin de bien mettre les ingrédients comme il fallait pour qu'ils n'aient pas à en mettre partout, déjà que tout était prévu pour que cela soit le cas.

- On va pétrir la pâte ensemble, comme au piano : les morceaux à quatre mains sont vraiment merveilleux quand tout est coordonné, lui sourit-il en remontant les manches avant de faire la pâte.

Une fois celle-ci en forme, le petit pianiste commença à mettre ses mains dedans pour la pétrir fermement, se décalant pour permettre à Kenny de faire avec lui. Pendant de longues minutes, ils la pétrirent vigoureusement et Kazuo en profitait pour asperger son ami de farine de temps à autre, un sourire malicieux aux lèvres. Il se sentait tellement bien... Arborant une nouvelle couleur de cheveu, de la farine même sur son nez, le petit pianiste se mit à pouffer de rire avant d'éternuer et d'attraper les ingrédients.

- On va la laisser un peu reposer pour qu'elle gonfle d'accord ? On va préparer maintenant la garniture pour qu'on s'en mette plein la panse tout à l'heure, rit-il de plus belle en lui faisant un clin d'oeil avant d’apposer un peu de tomate sur le bout de son nez pour le taquiner.

----------------------------------------

---

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

---

=> [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] de Kazuo Yamakishi

---
Revenir en haut Aller en bas
Kenny Lystar
Membre
Membre
avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 18/09/2011

Mini-Fiche
Âge: 24 ans
Travail/Étude: Chirurgien
Relation: Amant

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Sam 16 Fév - 17:54

[T'inquiète, c'était parfait (: Et, tu vas mieux, au fait? 'o' Faut bien se soigner ! x) *Dit celle qui ne se soigne jamais et attend que ça passe lol*]

Kenny lança un regard en coin à son ami, souriant avec douceur. C’était bon de voir un être aussi joyeux et vivant : ça lui avait manqué, ça. Être avec un ami, il veut dire. Apprécier, aimer. Simplement être soi-même en sachant que l’autre ne rejetterait pas ou, même, ne blesserait pas à coup de sarcasme piquant. Il avait connu beaucoup de monde, de gentils comme des moins gentils. Des saints, des délinquants, des environnementalistes, des politiciens, des amoureux des animaux, des allergiques des relations sociales… Bref, il en avait vu, du monde. Et pourtant, il n’avait jamais vue quelqu’un d’aussi simple à vivre que son ami. Il ne prenait pas mouche à une parole dite de travers, tentait de le comprendre et de le rassurer si ça n’allait pas, n’était pas dégouté de le prendre dans ses bras…

Il secoua ses cheveux chocolat pour chasser ses pensées, retournant son attention sur son ami. C’est qu’il se perdait un peu trop souvent dans les tréfonds de son esprit ! Il allait finit par se perdre définitivement s’il n’arrêtait pas. Son caractère c’était un peu trop transformé en un trait lunatique, à son plus grand dame. Il n’était pas du genre rêveur : en tant que médecin, il avait les deux pieds sur terre et voyait le côté réaliste des choses, il voyait les faits avant toutes autres choses. Si une rumeur était lancée, il n’y portait aucunement attention sans avoir eu la confirmation de la personne. Quoique, même s’il avait confirmation, il s’en ficherait quand même. Ce qui ne le regardait pas ne l’intéressait pas.

Lorsque Kazuo aborda le sujet de la salle de bain –il semblait réellement tenir à leur bain commun, celui-là – il sourit légèrement, se mordillant la lèvre inférieure. Il savait qu’il aurait énormément de récurage à faire. Ce qu’il ne savait pas, par contre, c’est s’il aurait à le faire seul. Probablement. C’était sa maison, après tout. Donc, à lui de faire son ménage. Même s’il serait deux –trois- à faire le chaos…

« À qui le dis-tu, Kazu ! Ça va probablement me prendre un temps fou à tout laver… Mais… Je crois que ça en vaut la peine, non? »

En voyant son ami s’élancer dans la préparation de la pâte, lui disant qu’Il le ferait à quatre mains comme au piano, il le suivit dans son mouvement, hochant doucement la tête. Il pétrit avec lui, ne sachant pas trop comment réagir au début face aux attaques de son ami. Avec le temps, il finit par rendre les coups, s’amusant à décorer les cheveux de Kazuo et, en même temps, lui donner un bon coup de vieux!

Une fois la pâte prête, il tenta d’enlever un peu de farine sur son visage mais, par malheur, cela ne fit que l’étendre davantage, donnant un ton plus blême à sa peau. Il éternua aussi à plusieurs reprises, puis se tourna vers son ami qui lui disait de laisser reposer la pâte pendant un moment pour qu’elle gonfle et, pendant ce temps, s’attaquer à la garniture. Il hocha la tête en lui souriant, puis sursauta en se voyant décorer le bout du nez par son ami. Il resta surpris pendant quelques secondes, puis rendit l’attaque en dessinant deux moustaches sur les joues à son ami, un petit sourire en coin omniprésent.

« Tshhh ! Tu devrais faire attention, sinon, Clay pourrait bien te prendre comme son copain… »

Il afficha un petit air narquois avant de s’attaquer à la découpe des légumes, posant deux planches à découper et, évidemment, deux couteaux. Il commença à couper les champignons en tranches fines, gardant toujours un œil sur son ami, lui lançant parfois quelques bouts d’aliment qu’il ne garderait pas pour la pizza.

« Notre pizza va être gigantesque… Qu’est-ce qu’on va faire des restes? Demanda-t-il en observant du coin de l’œil la pâte. »

----------------------------------------

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Kazuo Yamakishi
Membre
Membre
avatar

Messages : 349
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 28
Localisation : Entre la Lorraine et ma Bretagne ♥

Mini-Fiche
Âge: Kazuo a 21 ans
Travail/Étude: Il est Etudiant
Relation: Célibataire

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Dim 17 Fév - 7:03

{hrp : ça y est, je vais mieux, je savoure le repos ^^ moi je me suis bien soignée et il serait bien que tu fasses de même mdr tu verras, ça passe encore plus vite quand on se soigne :p }



Kazuo était content de ne pas passer la soirée seul dans son appartement. Là, en compagnie de Kenny et de Clay, c'était vraiment le paradis et il devait avouer que loin de la solitude et des souvenirs de son passé et son enfance désastreuse, il préférait la chaleur et le sourire de son ami. A vrai dire, il ne voulait pas non plus laissé le médecin seul, si lui c'était au restaurant qu'il a eu son souci de passé un peu trop présent, ce fut au magasin puis de retour à l'appartement qu'il finit par craquer. Le pauvre... C'était sûrement un peu de la faute de Kazuo dans le fond, il avait percé les murailles du médecin qui avait finit par déclarer forfait. En même temps, tout garder pour soi ça n'avait rien de bon... Il était heureux que tout se passe bien entre les deux à présent.

- Ne t'en fais pas Kenny, je ne vais pas te laisser nettoyer nos bêtises, je t'aiderais, lui dit-il en lui faisant un clin d'oeil confiant, un sourire aux lèvres. Et puis, je suis sûr que ça nous fera du bien de nous détendre en jouant comme des gosses, pouffa-t-il de rire en mâchouillant une de ses mèches de cheveux, joueur et pensif.

Il se sentait aussi léger que s'il chevauchait un nuage alors le sourire ne cessait de fleurir sur ses lèvres charnues et ses yeux de briller de bonheur, aussi pétillant qu'une pluie d'étoile. N'empêche qu'ils avaient tous deux bonne figure à présent qu'ils étaient aussi pâle que des morts, la farine les décorant comme du sucre glace sur un énorme et délicieux gâteau au chocolat. Éternuant quand la poudre blanche lui chatouilla les narines, Kazuo se mit à pouffer de rire en regardant son ami : ils étaient tellement sexy à ressembler à des vieillards poudrés ou encore la période Louis 16.

- Il ne manque plus que la tenue et les escarpins, et on est bon pour faire les courtisans dans la cour de France de l'époque Renaissance, pouffa-t-il de rire en éternuant une nouvelle fois avant de couiner de surprise quand il se retrouva affublé de moustache. Je... ? Ahahahahah ! Dis tu veux bien m'adopter Kenny ? Miaou je suis très gentil et docile, tu vas voir... Ronronna-t-il en se collant contre lui, faisant des yeux de chatons avide d'amour, miaulant ridiculement mais adorablement.

Attrapant le couteau et la planche, Kazuo se mit à préparer les ingrédients en souriant, fier de sa bêtise et de sa joie de vivre, l'estomac faisant la fête devant la bonne odeur de la nourriture. Il avait hâte de la manger cette pizza ! Profitant que Kenny lui lançait de la nourriture, le petit pianiste n'hésitait pas à piquer de la nourriture pour la gober avec gourmandise, faisant des grimaces en se faisant plus ridicule que jamais. Décidément, le bain était officiellement incontournable au vu de la situation : il avait de la sauce tomate sur le visage et des champignons collés dessus, des grains de maïs et du jambon dans les chemins, quelques morceaux de gruyères râpés pour étoffer le tout, sans oublier la farine qui ne partait pas comme ça. Bref, il était bon à manger pour le coup !

- Pour un pique-nique ? Ou un apéritif ? De toute façon, c'est tellement bon que ce ne sera pas perdu, rit-il en se grattant un peu le visage pour manger la sauce tomate et les aliments qui faisaient effet masque sur sa peau. Miam, j'ai hâte qu'elle soit prête pour la manger, j'ai trop faim maintenant ! Pouffa-t-il de rire avant de se coller contre Kenny, partageant mutuellement la nouvelle mode mangeable qu'il lançait. Dis Kennyyyyyyy... Je peux te manger tout cru ? Minauda-t-il en papillonnant des yeux, un rire sur les élèves.

----------------------------------------

---

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

---

=> [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] de Kazuo Yamakishi

---
Revenir en haut Aller en bas
Kenny Lystar
Membre
Membre
avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 18/09/2011

Mini-Fiche
Âge: 24 ans
Travail/Étude: Chirurgien
Relation: Amant

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Mar 19 Fév - 15:49


[Nyaa, les médocs', ça goûte pas bon D: /PAN/ Et puis, j'en prends seulement si je suis VRAIMENT malade x') ]

Lorsque son ami lui assura qu’il ne serait pas seul à nettoyer leurs dégâts, qu’il l’aiderait, il eut envie de se jeter dans ses bras et de le serrer extrêmement fort contre lui. Il ne passerait donc pas tout un avant-midi complet à nettoyer sa cuisine et sa salle de bain ! Déjà que le travail de médecin lui prenait énormément de temps, si en plus il devait s’occuper de tâches ménagères en extra, il était bon pour l’overdose. Bon, en même temps, il ne pouvait être complètement contre le travail qu’on lui imposait : il détestait n’avoir rien à faire. Donc, il n’était pas rare qu’il prenne le plumeau et se mette à faire le grand ménage de la maison, sans aucune raison. Or, ces temps-ci, il n’aspirait qu’à souffler un peu.

Une fois qu’il fut couvert de poudre blanche, son allure de gentleman distingué ayant prit le bord en chemin, il ne put s’empêcher d’éclater franchement de rire. Jamais il ne lui était arrivé de se sentir aussi… Aussi vivant, aussi enfant… Il s’essuya par réflexe les yeux, mais il ne fit que laisser deux marques à ces emplacements, créant un effet de masque. Un peu comme un raton-laveur. Il rit un peu plus à la comparaison, s’imaginant doté d’une longue queue rayée et d’un masque noir. Arf… il avait un peu trop d’imagination !

À l’imitation de chat de son ami, il ne put retrouver son souffle, ses joues lui faisant mal à force de rire. Il posa cependant une main sur sa tête et fit quelques gestes de haut en bas, comme s’il caressait la tête d’un animal.

« Gentil Kazu ! Geeentil chaton…»

Il posa un léger baiser sur le haut de son front, puis après quelques mots qu’on réservait habituellement à un animal de compagnie échangés avec son ami, il se remit à la tâche, découpant les petits légumes tout en en jetant quelques un à son frérot, s’amusant à les faire tomber dans ses cheveux ou à d’autres endroits tout aussi chiants à décoller. Tout en cuisinant, il avalait quelques aliments, étrangement affamé. Ce n’était pourtant pas dans ses habitudes d’avoir aussi faim ! Il avait habituellement un appétit de souris…

Il glissa une main dans cheveux, remarquant les morceaux de maïs y logeant. Il les envoya balader en grimaçant, se disant que ça, ça allait être réellement emmerdant à faire partir. Il secoua un peu la tête et vit quelques morceaux de champignons tombés. Décidément, le bain était plus qu’une bonne idée !

« Oui, on pourrait garder le tout pour un pique-nique, j’aime bien l’idée…, fit-il songeur. Moi aussi, j’ai faim. Tout cette nourriture m’a donné faim, à vrai dire… »

En sentant le corps de Kazuo appuyé contre le sien, il rit en disant doucement :

« Je ne crois pas que ce soit une bonne idée… Tu ne voudrais tout de même pas être accusé de cannibalisme, si ? Il tapota un peu sur son tablier en souriant en coin : Mouais, quoiqu’avec tous les légumes que tu m’as lancé, je ne suis même plus certain que ce soit cannibalisme. Ça pencherait plutôt pour un mode végétarien à ce niveau…»

Il passa un bras autours des épaules de son ami pour venir poser sa tête dans le creux de son cou, cherchant un peu sa chaleur. Il était bien, ainsi.

« Après la pizza… On va prendre un bain, ça c’est clair. On le prend ensemble ? »

Pour lui, partager un espace aussi restreint avec un homme tout aussi nu que lui ne le gênait que moindrement : il en avait vu, des hommes en tenu d’Adam. Par contre, ce qui le dérangeait, c’était sa cicatrice qu’il ne désirait pas montrer à son ami. Il en avait toujours honte, de cette chair.

----------------------------------------

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Kazuo Yamakishi
Membre
Membre
avatar

Messages : 349
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 28
Localisation : Entre la Lorraine et ma Bretagne ♥

Mini-Fiche
Âge: Kazuo a 21 ans
Travail/Étude: Il est Etudiant
Relation: Célibataire

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Lun 4 Mar - 11:01

{hrp: désolée pour le retard, je suis inexcusable :S}



La bataille de nourriture était tout simplement génial. Pouffant de rire en analysant l'aspect de son ami et ce qu'il arrivait à voir de lui, Kazuo se léchait les doigts et récoltait les morceaux de nourriture qui était sur lui pour les manger avec appétit. C'était tellement bon... Il avait de plus en plus faim ! Faisant le pitre avec grand plaisir, il se mit à miauler du mieux qu'il pouvait alors que Kenny s'amusait à le caresser comme s'il était son petit chat, il adorait ça. Mais quand il se mit à embrasser son front, il se sentit tout chose et le regarda avec stupéfaction, oubliant les pitreries et l'amusement, frissonnant en rougissant de plus belle. Ce geste... C'était si affectueux, si touchant et chaud... Si troublant. On ne l'avait pas habitué à ce genre de geste et, même s'il était très attaché au médecin, c'était au fond un inconnu. C'était tout de même un comble qu'il reçoive plus de chaleur de la part d'un inconnu que de quelqu'un de sa famille...

Mais au fond pourquoi il se posait des questions ? Cela n'avait aucune importance. Soupirant doucement, il secoua doucement la tête avant lui offrir éblouissant et de se serrer contre lui en fermant les yeux. La farine, la nourriture, ils étaient déjà sale alors un peu plus ou un peu moins on s'en fichait. Enroulant ses bras autour de sa taille, Kazuo se pelotonna contre lui en frissonnant de bien-être, profondément heureux de pouvoir enfin goûter à la sensation d'être une famille, une sensation enivrante.

- Je t'aime Kenny... Murmura-t-il doucement en frottant son nez contre son torse.

Reculant légèrement pour lui sourire de plus belle, Kazuo le libéra de son étreinte pour retourner à la pizza en grignotant la nourriture avec appétit avant de se retrouver une nouvelle fois contre le corps solide du médecin qui était plus grand et plus fort que lui. Rougissant doucement en frissonnant de plus belle quand il se bouina contre lui, le petit pianiste se mit à rire doucement en caressant les cheveux enfarinés et couvert de bonne nourriture en le serrant contre lui.

- Oui, avec plaisir même... Enfin si ça ne t'embête pas bien sûr, dit-il tout bas en embrassant son front. De toute façon, plus je passe de temps avec toi et plus je serais heureux... J'adore ta compagnie grand-frère... Souffla-t-il en le regardant avec des étoiles dans les yeux.

C'était décidément un inconnu auquel il était profondément attaché et, bien que d'un point de vue extérieur on croyait qu'ils pouvaient être en couple, cela dépassait de beaucoup cette simple relation. Kazuo se sentait presque fusionnel avec Kenny et dieu que c'était bon...

- Je te frotterais le dos, pouffa-t-il de rire avant de le libérer de son étreinte, lui faisant un clin d'oeil.

Ajoutant les derniers ingrédients à leurs pizzas, le petit pianiste finit par les enfourner et s'essuya les mains dans son tablier crassous avant d'éternuer et de les observer tous deux d'un air critique avant de pouffer de rire.

- Viens, allons nous faire tout beau tout propre pour ses pizzas qui m'ont l'air délicieuse et qui seront sûrement heureuses d'être dégustées par des gentleman parfumés, rit-il en tirant Kenny vers le couloir. Euh... Bredouilla-t-il en regardant les portes, accroché à lui. Où est la salle de bain ? Est-ce que tu aurais des habits à me prêter ? Du coup les miennes sont toutes sales et j'en ai pas d'autre... Grimaça-t-il en le regardant d'un air contrit, se mordant les lèvres en baissant les yeux, honteux et gêné.

----------------------------------------

---

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

---

=> [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] de Kazuo Yamakishi

---
Revenir en haut Aller en bas
Kenny Lystar
Membre
Membre
avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 18/09/2011

Mini-Fiche
Âge: 24 ans
Travail/Étude: Chirurgien
Relation: Amant

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Ven 8 Mar - 11:36


[Pas grave chou ^^ ]

Aux mots de Kazuo, ces trois petits mots qui réchauffèrent son cœur, il sursauta, ému. Son regard se posa sur lui alors qu’il posait une main sur sa joue, tendre. Il n’avait pas de frère, ni de sœur. Il ne savait donc pas comment interagir avec une personne qui était supposé être de son sang. De plus, Kazuo était quelqu’un d’extrêmement tactile, il connaissait donc encore moins les limites de leur relation étrange. Caresse, bisou partout sauf les lèvres, câlin, mot doux… À date, tout ça avait été utilisé et réutilisé. Il devait donc être sur le bon chemin, n’est-ce pas ? C’était bien la bonne chose ? Probablement… Sinon, Kazu’ n’aurait pas cet air joyeux sur le visage.

« Moi aussi, je t’aime beaucoup. »

Après l’avoir laissé repartir grignoter quelques morceaux d’aliments, Kenny s’était retourné pour ranger quelque peu ce qui traînait. Il avait entassé la vaisselle dans le lavabo, puis tasser le reste dans un coin, pour plus tard. Ils auraient beaucoup à faire… Le comptoir était blanc de farine et quelques livres avaient même palis. Chose normal lorsqu’on voyait les deux hommes. Le jeune médecin se passa une main dans les cheveux, se faisant de même de jolies mèches blanches. Ils avaient beaucoup à laver…

Lorsqu’il fut de nouveau collé contre son ami, il rit doucement en sentant ses doigts dans cheveux, caressant, ou aplatissant, sa chevelure chocolat. Il l’écouta attentivement lorsqu’il lui dit qu’il aimait sa compagnie et qu’il voudrait bien se nettoyer avec lui. Alors, il était heureux avec lui ? Ça le rendait lui-même heureux d’entendre ça…

« J’aime aussi être avec toi. Tu ressembles à un petit soleil sur patte : tu me réchauffes avec tes sourires. »

À la proposition, il pouffa de rire, s’imaginant se faire frotter le dos par son ami. Il s’imaginait surtout, en fait, entrain de lui jeter de l’eau par derrière.

« D’accord pour le dos, mais pas plus bas ! Fit-il en lui faisant un clin d’œil, le taquinant amicalement. »

Une fois les pizzas disparues de leur champ de vision, Kenny se tourna vers son ami en lui proposant son bras, sachant à quel point il aimait se serrer contre lui. Il rit avec lui lorsqu’il mentionna le fait que les pizzas seraient très heureuses d’être dégustés par des hommes guindés et propres. Il se laissa emporter dans le couloir, attendant le moment ou son ami lui demanderait la direction. Après tout, il y avait plusieurs portes. Alors qu’il allait lui montrer la direction, il le vit baisser les yeux, gênés. Des vêtements de rechange ? Étaient-ce cela qui le gênait tant ?

Kenny prit délicatement son menton pour lui relever le visage, l’obligeant à le regarder dans les yeux. Son regard était d’une tendresse infinie, un océan de chaleur.

« Bien sûr… Ne t’en fais pas avec des pacotilles comme ça, petit frère. C’est rien, tu sais. Et puis, tu es ici comme chez toi… Donc, ce qui est ici l’est aussi, dans un sens. Il caressa de son pouce sa pommette droite, souriant. N’hésites jamais à me demander quelque chose, d’accord ? J’ai confiance en toi, je sais que tu es une personne digne de cette confiance. »

Il déposa un baiser sur son front, puis le tira jusqu’à la première porte à gauche, la porte de la salle de bain. Il ouvrit la porte et attendit que son ami passe pour la refermer derrière eux. Une fois à l’intérieur, il ne sut quoi faire. Se déshabiller ne le dérangeait pas tant, comme il l’avait dit plutôt. Mais sa cicatrice…

« Les serviettes sont là, pour après. Il pointa l’endroit opposé à la toilette. Tu peux mettre tes vêtements dans le panier, je ferai le lavage, d’accord ? »

La salle de bain était une magnifique pièce décorée avec goût. La couleur crème rappelait le sable des plages, ce qui était renforcé par les coquillages un peu partout. Sur une étagère, il y avait même un magnifique voilier à plusieurs voiles, minutieusement sculpté dans le bois. Le bain, quant à lui, était vaste, d’un blanc pur. C’était un bain sur pied qui offrait beaucoup d’espace pour une personne, mais un moins pour deux. D’une manière ou d’une autre, les deux amis finiraient pas se toucher.

Lentement, Kenny commença à se dévêtir, commençant par sa cravate et sa chemise qu’il plia et mit dans le panier tissé, sur une petite table. Une fois son torse finement ciselé à découvert, il s’attaqua à ses pantalons, les laissant choir sur le sol une fois la ceinture débouclée. Désormais en boxer, il se tourna vers son ami. Il espérait de tout cœur que son regard ne se porterait pas sur ses cuisses, là où il savait une petite partie de sa cicatrice visible.

« Est-ce que tu veux porter un maillot de bain ? Pour ma part, être nu en ta présence ne me dérange pas plus que ça, mais je crois que tu es plutôt pudique, non ? Je peux aussi en mettre eux, si tu veux. »

Il se lécha les lèvres, puis ramassa son pantalon pour le déposer avec le reste de ses vêtements, attendant la réponse à son ami.

----------------------------------------

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Kazuo Yamakishi
Membre
Membre
avatar

Messages : 349
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 28
Localisation : Entre la Lorraine et ma Bretagne ♥

Mini-Fiche
Âge: Kazuo a 21 ans
Travail/Étude: Il est Etudiant
Relation: Célibataire

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Dim 17 Mar - 2:38

Rougissant doucement en voyant Kenny si surprit, Kazuo baissa timidement les yeux avant de frotter sa joue contre sa main qui le caressait doucement. Il n'avait pas mentit au médecin, il pensait chacune de ses paroles : il était vraiment heureux en sa compagnie et il n'aurait échangé sa place pour rien au monde, jouissant de la chaleur et de l'amour fraternelle, presque fusionnel il avait l'impression !, qu'il régnait entre eux deux. Quand il lui dit à son tour que lui aussi il l'aimait beaucoup, le petit pianiste lui offrit un sourire éblouissant en réponse et se pelotonna de plus belle contre lui avant de le libérer pour manger : c'était pas tout ça mais il pourrait se cajoler un peu plus tard, les pizzas et leurs estomacs ne tiendraient pas longtemps eux !

- Un petit soleil sur pattes, vraiment ? Pouffa-t-il de rire avant de lui lancer un clin d'oeil malicieux. Tu veux que je te réchauffe encore plus ? Fit-il en le provoquant gentiment, plus joueur et malicieux que mauvaise langue ou manipulateur façon pervers en manque. N'empêche, ça fait vraiment chat domestique, tu es sûr que tu ne veux pas m'adopter ? Demanda-t-il en souriant légèrement, concentré à engouffrer les pizzas dans le four pour ne pas se brûler.

Une fois la tâche parfaitement exécuté, le petit pianiste essaya vaguement de se débarbouiller avant de s'avouer vaincu et de se fourrer contre lui direction le bain ! Sauf qu'il ne savait pas où c'était et qu'il n'avait pas d'affaire propre... La poisse... Se mordant les lèvres, il finit par le laisser le forcer à le regarder, baissant timidement les yeux néanmoins : c'était quand même assez gênant comme demande...

- Je vais essayer... Mais c'est pas facile de s'imposer chez quelqu'un... Même si c'est son frère... Murmura-t-il doucement, les joues roses par la gêne mais tout de même soulagé que Kenny sache parfaitement comment il fonctionne sur ce point là.

Fermant les yeux quand il lui embrassa le front, Kazuo se sentit se détendre considérablement pour son plus grand plaisir et il se laissa guider jusqu'à la salle de bain qu'il trouva vraiment magnifique, soufflé par la décoration bien soigné des lieux, écoutant sagement les recommandations de son ami avant de commencer à sa déshabiller, glisser sa tenue bien sale dans la panière avant de cacher honteusement son intimité avec ses mains, n'osant pas regarder Kenny qui était presque aussi nu que lui.

- Hmm j-j'aimerais bien un maillot de bain si ça t'embête pas... Finit-il par lui demander en couinant de gêne, plus écarlate que jamais alors qu'il se tortilla timidement sur ses jambes. T-tu fais comme tu veux toi mais moi je voudrais bien en porter un... C-c'est vraiment gênant comme situation... Rit-il nerveusement histoire de donner le change même s'il était convaincu qu'il devait paraître bien ridicule.

----------------------------------------

---

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

---

=> [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] de Kazuo Yamakishi

---
Revenir en haut Aller en bas
Kenny Lystar
Membre
Membre
avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 18/09/2011

Mini-Fiche
Âge: 24 ans
Travail/Étude: Chirurgien
Relation: Amant

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Dim 17 Mar - 8:00

À priori, son ami semblait réellement apprécier sa chaleur et sa présence: il semblait même encore plus heureux de l'entendre dire qu'il l'aimait aussi. Il n'avait pas manqué son sourire plus que rayonnant, joyeux. Il commençait à se demander s'il était le premier à lui offrir cette chaleur et cet amour à la fois fraternel et amical. Il semblait complètement épanoui à ses côtés… Il se promit de toujours veiller sur lui et, surtout, de surveiller de près ses fréquentations amoureuses. Il ne voulait pas qu'il soit blessé par une mauvaise rupture ou une relation malsaine… Il ne voulait pas qu'il change. Kenny l'aimait ainsi, aussi innocent et sincère. Si quelqu'un lui faisait du mal, cette personne n'était pas mieux que morte !

Il se lécha un moment les lèvres, puis observa son ami qui avait prit la parole. Il sourit en le voyant rire de sa comparaison. Il n'était pas aller la chercher loin, c'était la première image qui lui était venu en pensant à son ami. Toujours souriant, toujours joyeux, prévenant, doux… À sa question cependant, il ne comprit pas tout de suite le sens. En fait, il ne le comprit tout simplement pas. Après tout, il n'était pas très calé sur ce genre de taquinerie…

« Me réchauffer plus? Je ne refuserai pas ! Il fait froid, ici… et la chaleur humaine est très agréable !, dit-il dans un sourire candide. »

Lorsqu'il aborda le fait qu'il ressemblait à un petit chat domestique, le questionnant s'il voulait l'adopter, il rit tout simplement en réponse. Il avait déjà un roi félin dans sa tanière, un deuxième serait difficile à entretenir… Quoique Kazuo ne demandait pas tant de soin que ça: beaucoup de caresse et le tour était joué !

« Oh, ça ne me dérange pas, mais moi, je n'ai qu'un panier pour chat !, lui fit-il avec un clin d'œil amusé. »

Vient ensuite les questions timides de son ami . Il le regarde, intrigué par sa soudaine gêne, ne comprenant pas sa réaction. Pourquoi être timide de demander de telles choses? Pour lui, ça n'avait aucun sens…C'était presque banal. Aussi, il tenta de le rassurer et de le détendre, ne voulant pas qu'il commence à se sentir mal à l'aise avec lui. Il comprit un peu plus son ami lorsque celui-ci lui dit tout simplement qu'il trouvait difficile de s'imposer chez quelqu'un, même si ce quelqu'un est son frère.

« Je crois comprendre… , répondit-il, hésitant, pas très certain de sa réponse.»

Kenny n'ajouta cependant rien, se contenant de le rassurer par des gestes et caresses, lui baisant le front avant de le conduire à la salle de bain. Lorsqu'ils furent entrés, il s commencèrent tout les deux à se déshabiller, chacun de leur côté. Kenny garda cependant son boxer, ne voulant pas trop intimidé son compère. D'ailleurs, en parlant de lui, lorsqu'il se retourna vers lui, il put aisément voir que celui-ci était terriblement gêné de sa nudité. C'est pourquoi il lui posa la question sur le maillot de bain: pour lui, l'un ou l'autre ne dérangeait pas. Mais ce n'était pas le cas pour son ami et c'était normal. Il comprenait. Il hocha donc la tête en se tournant lentement vers lui, souriant, gardant les yeux sur son visage.

« D'accord. J'vais te chercher ça… En attendant, pourrais-tu faire couler l'eau ? Le bain moussant est sur l'étagère à côté de toi. Prend le parfum que tu veux: vanille et menthe, framboise, noix de coco… »

Il fit volte-face, puis s'arrêta. S'il allait dans sa chambre ainsi, il risquait de salir… Bon, c'était un risque à prendre, il n'avait pas d'autre choix. Il enleva son boxer dans la salle de bain, le mit avec le reste de ses vêtements, puis lança un dernier petit sourire à son ami avant de quitter en direction de sa chambre. Il referma la porte de la salle de bain, puis longea le couloir pour aller dans la cuisine, puis l'escalier qui menait directement à la pièce convoitée. Il monte calmement le grand escalier de bois antique, faisant bien attention de ne pas se coller aux rampes, puis se dirige automatiquement vers son armoire.

Après avoir lancé un regard circulaire, il s'accroupit pour fouiller dans l'un des tiroirs. Ses vêtements sont toujours pliés et rangés soigneusement: la recherche n'est donc pas très longue avant qu'il ne trouve. Il sort un bas de maillot de bain bleu royal avec un imprimé de cocotier sur la cuisse gauche qu'il pose sur son avant-bras. Lui, il en n'avait pas besoin. D'ailleurs, il détestait en porter. Cependant, il ne voulait pas gêner son ami… Enfin.

Quelques minutes de réflexion plus tard, il redescendait les marches en direction d'un bon bain chaud. L'odeur se répandait jusque dans la cuisine, l'envoutant tout simplement. Kenny ne s'arrêta pas en chemin et bientôt, il fit face à la porte close. Il donna trois petits coups sur la porte pour avertir son ami qu'il était revenu, puis tourna la poignée et entra, refermant la porte derrière lui. Il s'avança dans la pièce et lui tendit le seul vêtement qu'il avait apporté, son maillot.

« Tiens… Je crois qu'il s'harmoniserait bien avec tes cheveux…»

----------------------------------------

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Kazuo Yamakishi
Membre
Membre
avatar

Messages : 349
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 28
Localisation : Entre la Lorraine et ma Bretagne ♥

Mini-Fiche
Âge: Kazuo a 21 ans
Travail/Étude: Il est Etudiant
Relation: Célibataire

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Dim 31 Mar - 13:19

{hrp: désolée pour le retard et la petite taille :S}



Kazuo était profondément soulagé que Kenny comprenne ce qu'il avait essayé de lui communiquer entre deux bredouillements, encore plus parce qu'il ne s'était pas moqué de son état ridicule. C'était donc en se détendant dans un soupire qu'il le regarda partir chercher avant de se tourner vers la baignoire. Hn... Il n'allait tout de même se pencher complètement nu ? Et s'il revenait et qu'il le voyait ainsi ? En plus il était complètement imberbe des pieds à la tête si on ne comptait pas sa chevelure... Son ami allait se foutre de sa tête... Se mordant les lèvres, le petit pianiste attrapa une serviette qu'il noua autour de ses reins avant de s'agenouiller et de tourner le robinet pour faire couler l'eau, commençant à remplir la baignoire. Souriant rêveusement en jouant un peu avec l'eau, Kazuo laissa fureter son regard dans la pièce, admirant le style en se disant que son « grand-frère » avait décidément bon goût, et finit par repérer les fameux flacons pour la mousse. Quels parfums... Hmmm noix de coco sentait divinement bon... Soupirant de gourmandise, il fit couler quelques gouttes de liquide dans l'eau et se mit à ronronner de délice quand les effluves du fruit envahir la pièce, le faisant doucement frissonner.

Le pieds intégral...

Se tournant vers la porte en entendant Kenny frapper contre, il lui sourit en rougissant légèrement.

- Merci, rit-il en l'attrapant, appréciant la couleur.

Lui tournant le dos pour garder un semblant d'intimité, Kazuo se mit à se tortiller pour enfiler le maillot de bain sans relâcher la serviette pour cacher ses fesses et son aine. Mais on est doué ou on ne l'est pas, et le petit pianiste ne l'était pas du tout : il finit par trébucher sur lui-même et s'écroula sur le carrelage, les fesses à l'air, le maillot sur la cheville droite et l'air un peu chiffonné par le choc.

- Aie... Gronda-t-il doucement en se frottant le coude douloureux avant de couiner en attrapant la serviette pour se cacher, écarlate de honte. Hmm f-fermes les yeux ! S'exclama-t-il en se recroquevillant.

Le ridicule ne tuait pas mais il aurait aimé s'enterrer devant sa bêtise... Il finit par se changer en quatrième vitesse et bondit dans l'eau chaude pour s'y cacher, baissant les yeux en grommelant.

- Désolé... Je dois paraître bien stupide... Murmura-t-il en soupirant, n'osant plus le regarder ou s'étaler dans la baignoire.

----------------------------------------

---

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

---

=> [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] de Kazuo Yamakishi

---
Revenir en haut Aller en bas
Kenny Lystar
Membre
Membre
avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 18/09/2011

Mini-Fiche
Âge: 24 ans
Travail/Étude: Chirurgien
Relation: Amant

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Ven 5 Avr - 10:25

Une fois la porte refermée derrière lui, Kenny s’était tourné par automatisme vers son ami, scrutant son visage, déterminant son expression. Il ne prit pas beaucoup de temps avant de comprendre la gêne de son ami et de se détourner, lui laissant un peu d’intimité, malgré qu’il s’était lui-même mis dos à lui. Il alla s’attaquer aux vêtements sales en attendant que son ami enfile le maillot, veillant bien à ne pas laisser ses yeux dérivés vers lui et, surtout, d’avoir l’air nonchalant. Il entreprit sa tâche ménagère sans se préoccuper de son ami, se disant que, de toute manière, il était suffisamment grand pour s’habiller tout seul. Mais c’était sans compter la maladresse du bleu…

En entendant le fracas d’un corps sur le froid carrelage, il laissa retomber par réflexe le vêtement qu’il tenait en tournant vivement la tête vers la source du bruit, les yeux ronds comme des soucoupes. Mais que…?

«Kazuo ? Ça va…?»

Alors qu’il s’approchait pour venir lui donner un coup de main, il recula d’un pas en l’entendant lui dire de fermer les yeux, sursautant devant le ton utilisé. Il recula lentement, détournant le regard.

« D’accord… Il se lécha les lèvres, ne comprenant pas ce qui se passait, mais se sentant obligé de s’excuser : pardon…»

Il retourna à sa tâche, ne disant plus un mot, se sentant fautif sans savoir réellement pourquoi. Il était la cause du malaise de son ami, dans un certain sens… Peut-être étais-ce qui se reprochait? Il secoua la tête en finissant son travail, fermant le tout et réglant le minuteur. Ce n’est que lorsqu’il fut certain que le corps de son ami était caché par l’eau qu’il s’autorisa à enfin lever la tête vers lui, lui souriant doucement, le rassurant du mieux qu’il le pouvait:

«Ne t’inquiète pas, ça arrive à tout le monde ce genre de chose, même à moi… »

Il s’approcha de son ami, puis s’assit sur le bord du bain, se penchant vers lui pour le regarder dans les yeux.

«Tu sais, si ça te gêne tant que ça, on peut toujours prendre notre bain à part… Rien ne l’empêche et je comprendrais parfaitement. »

Il adoucit du mieux qu’il le pouvait son regard, ne voulant pas que son ami lui reprochait son attitude, ce qui aurait été plus que faux. Il comprenait parfaitement bien son malaise, c’était normal. Lui, il était habitué à voir des hommes –et des femmes- dans leur plus simple appareil et, de nature, il n’était pas si pudique que ça.

Il plongea la main dans l’eau, puis vint caresser la joue de son petit frère, décollant un peu de farine par la même occasion.

[‘suis pas mieux ^^’]

----------------------------------------

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Kazuo Yamakishi
Membre
Membre
avatar

Messages : 349
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 28
Localisation : Entre la Lorraine et ma Bretagne ♥

Mini-Fiche
Âge: Kazuo a 21 ans
Travail/Étude: Il est Etudiant
Relation: Célibataire

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Sam 13 Avr - 9:45

La gêne et la timidité de l'instant l'avait suffisamment déstabilisé pour qu'il se vautre lamentablement sur le carrelage. Un gémissement de douleur se mourant sur ses lèvres, la mine froissé et le popotin douloureux, Kazuo grimaça en se frottant l'arrière-train avant de se cacher dans une serviette, virant à l'écarlate de peur que Kenny ait tout vu de son intimité.

- N-ne t'excuse pas voyons, c'est moi... J'suis tellement doué que je gâche tout... Murmura-t-il en soupirant de déception face à lui-même : qu'allait penser son ami de lui franchement. Merci d'avoir voulu m'aider... Émit-il tout bas en souriant d'un air hésitant, se dépêchant tout de même de s'habiller en quatrième vitesse pour retourner se cacher mais cette fois-ci dans l'eau chaude du bain.

A vrai dire, il se sentait tellement honteux qu'il n'osait même plus regarder Kenny, se mordant les lèvres en baissant les yeux. C'était le bouquet, le summum du ridicule... Frissonnant en sentant sa main sur lui, il ferma un œil en le laissant décoller la saleté et releva les yeux pour le regarder.

- Oui ça me gêne, je ne suis pas habitué à partager mon bain avec qui que ce soit... Sans compter que je suis petit et maigre et moche... Mais je veux vraiment que tu sois dedans avec moi Kenny, j'y tiens vraiment et sincèrement, je te le jure ! Dit-il avec fermeté malgré les joues écarlates.

Puceau, innocent, effarouché... Et puis un autre homme aussi prêt... Sans compter qu'il était quand même vachement plus beau que lui ! Et il adorait ses yeux si brillants... Le laissant s'habiller comme il voulait, Kazuo attendit qu'il le rejoigne finalement dans l'eau pour filer se cacher dans ses bras, fermant les yeux en souriant : ainsi il ne verra pas sa nudité même s'il la sentait contre sa peau, ça comptait pas hein ? Restant quelques minutes ainsi, le petit pianiste finit par se redresser et attraper du savon avant de commencer à savonner le corps de son ami, le visage plissé par le sérieux et la concentration alors qu'il grattait légèrement sa peau avec ses ongles pour mieux décoller la saleté.

C'était qu'il avait été de vrais cochons en faisant les pizzas.

----------------------------------------

---

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

---

=> [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] de Kazuo Yamakishi

---
Revenir en haut Aller en bas
Kenny Lystar
Membre
Membre
avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 18/09/2011

Mini-Fiche
Âge: 24 ans
Travail/Étude: Chirurgien
Relation: Amant

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Sam 20 Juil - 13:39

Avant de s'enfuir comme un gibier pris en chasse sous le liquide chaud dans la baignoire, Kazuo lança un regard timide au médecin, lui paraissant honteux et gêné, en s'excusant piteusement sur son comportement. Il lui disait que, au contraire, ce n’était pas la faute du médecin, mais de la sienne, de sa maladresse. Il le remercia même d’avoir voulu l’aider; au moins, se dit-il à ce moment là, il avait reconnu sa bonne intention. Il s’était alors mis en retrait, le laissant se mettre à l’aise, finissant son lavage. Il ferait une bonne femme de ménage, cela dit. Un bon époux, aussi.

Puis était venu le moment où il s’était assis sur le bord de la baignoire, proche de Kazuo, pour le caresse doucement et l’apaiser. Après tout, son air coupable n’avait pas raison d’être. Il n’y avait aucun problème, de sa perception, qui méritait un tel malaise. Bien sûr, c’était compréhensible que Kazuo soit nerveux ou gêné à l’idée de partager son espace avec un autre homme. Il comprenait parfaitement. Par contre, ce qu’il avait plus de difficulté à comprendre, c’était le pourquoi de sa honte lorsqu’il était tombé. Il n’avait rien vue, après tout. Il l’avait gentiment écouté et c’était détourné. Il n’y avait donc pas à faire tout un plat pour une malheureuse chute… C’était peut-être gênant sur le coup, mais après…

Après lui avoir caressé la joue, il sentit le regard de son ami peser sur lui. Il plongea donc ses yeux verts brillants dans les siens, attentif. Ce qui sortit de sa bouche ne le surprit pas, sauf la partie sur son apparence physique qui le révulsa automatiquement tant les mots étaient faux. L’opinion qu’il avait de lui-même était si mauvaise, si pauvre… Il se sentit mal pour lui. Moche ? Non, il ne pouvait avoir plus tord que ça ! Kazuo était si mignon avec ses grands yeux ciel et sa chevelure soyeuse rappelant l’océan calme ! Il ne riposta cependant pas, ce n’était pas le bon moment. Il passa sa main dans les cheveux plus-si-bleus-que-ça et se redressa.

Comprenant que la situation était déjà suffisamment précaire, il décida de changer ses plans et garda son boxer. Se vêtir ne lui prit que quelques secondes : il  rejoignit par la suite le jeune homme. Il glissa doucement dans l’eau délicieusement chaude, fermant les yeux de plaisir. Il ne les rouvrit que lorsqu’il sentit le corps de son ami se blottir contre le sien. Il le prit dans ses bras et le colla contre son torse bien sculpté.

« Kazu’… »

Il se contenta de profiter du moment, le corps de sa récente connaissance pressé contre le sien. Sa main gauche glissa de haut en bas dans son dos, voulant se faire relaxante. Il le laissa faire lorsqu’il se mis à la tâche pour le laver, se décollant de lui pour lui laisser plus de jeu. La concentration qu’il vit sur son visage le fit rire. Il était si sale que ça ?

« Eh bien, tu as beaucoup de boulot à faire si tu veux me laver entièrement, kazu’ ! , dit-il blagueur. »

Son regard était tendre, comme celui d’un grand frère. Il le laissa faire un moment, puis prit sa main –celle non blessée- dans la sienne et l’embrassa du bout des lèvres, avec la douceur d’un méticuleux artiste.

« Tu es magnifique Kazuo. Ta peau laiteuse est douce et attirante, ton regard capte immédiatement ceux des autres, tes cheveux sont soyeux, tes lèvres bien dessinées, tes traits de visage délicats, ton corps est bien ciselé, il n’est pas trop maigre, il l’est juste assez pour être mignon, même ta main blessée n’a rien de repoussant. Tu es beau, Kazuo. N’en doute pas une seule seconde. Tu es beau, et pas que de l’intérieur. »

Son regard doux se posa dans le sien, témoignant ainsi de toute sa sincérité. Il ne pouvait faire plus honnête.

« Je le pense sincèrement, tu sais… Vraiment. »

Il écarta doucement les bras de son ami pour venir le prendre par la taille et le coller contre lui. L’une de ses mains vint se poser sur sa nuque et il posa délicatement le visage du bleu contre le creux de son cou.

« Si tu as des peurs, des doutes, ou seulement envie de parler… Je serai toujours là pour toi, n’importe quand, n’importe quelle heure. Après une dispute avec une personne qui t’ait chère, une mauvaise nouvelle, ou même une bonne. Je serai toujours là. Toujours. »

Il posa un baiser volatile sur le haut de sa tête, caressant doucement sa taille. Maigre, peut-être, mais ça lui allait bien. Il n’était pas chétif non plus. Il était juste parfait comme il l’était. Juste… lui. Après un certain moment, il se détacha de lui, venant mettre légèrement ses mains sur ses hanches.


----------------------------------------

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Kazuo Yamakishi
Membre
Membre
avatar

Messages : 349
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 28
Localisation : Entre la Lorraine et ma Bretagne ♥

Mini-Fiche
Âge: Kazuo a 21 ans
Travail/Étude: Il est Etudiant
Relation: Célibataire

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Mer 24 Juil - 11:45

Finalement, Kenny ne garda que son boxer avant de le rejoindre dans l'eau et, mine de rien, il lui en était reconnaissant. Oh bien évidemment, il savait que leurs intimités risquaient de se heurter et de gêner encore plus le petit pianiste. Mais, ce serait encore plus gênant si tous deux étaient entièrement nus... Attendant que lui aussi soit aussi caché par l'eau, l'étudiant se cacha dans ses bras et ferma les yeux en soupirant de bien-être, frottant sa joue contre son torse, gros chat paresseux et avide de tendresse. Il l'aimait cet homme qui était venu dans sa vie... Dire que les premières minutes de leur rencontre avait été un désastre, au final tout se terminait bien entre eux. Attrapant le savon, il entreprit de savonner le corps du médecin avec concentration, laissant dépasser un petit bout de sa langue d'entre ses lèvres avant de le regarder avec surprise, écarquillant les yeux avant de baisser les siens en se mordant les lèvres. Sa main sur sa nuque, le petit pianiste frissonna doucement en se redressant pour continuer à frotter son torse, gardant les yeux baissés et s'asseyant confortablement sur ses hanches, affichant une moue coupable en entendant ses paroles, le laissant embrasser sa main non blessée.

- Si ma main n'était pas si repoussante que tu le dis, pourquoi tu préfères embrasser celle qui est intacte hein ? Menteur... Murmura-t-il doucement en écartant sa main de ses lèvres, gardant les yeux bas et les sourcils froncés, un peu fâché pour le coup et aussi humilié. Mes médecins ne me jugent pas assez gros pour ma taille et essais de me bourrer de compléments pour que mon corps assimile davantage les vitamines et nutriments de ce que je mange... J'ai réussit à prendre 1 kg 800 en trois semaines mais ce n'est pas suffisant pour eux... Souffla-t-il en continuant de frotter le corps de Kenny, fier mine de rien de réussir à retirer les morceaux de nourriture pour laisser apparaître la peau blanche.

Grognant en le laissant tout de même faire, Kazuo se retrouva bassin contre bassin, étroitement à califourchon sur lui, sa main sur sa nuque. Allait-il l'embrasser ? Ressentait-il du désir pour lui au point de dépasser le stade de frère-frère ? Pourquoi être aussi proche d'un coup ? C'était perturbant... Plissant les yeux en continuant de rester docile, il obéit au mouvement et laissa son visage se cacher contre son cou, frissonnant en ressentant ses mains sur lui, tendres et caressantes. Il ne comprenait plus rien... Absorbant ses paroles en silence, il finit néanmoins par hocher la tête avant de murmurer un bref « merci » en le laissant le redresser : il avait l'impression d'être une poupée qu'on manipulait.

- On dirait une déclaration d'amour n'empêche... Bougonna-t-il tout bas, gêné et toujours un peu vexé à cause du baise-main, recommençant à nettoyer le corps de Kenny, finissant le haut de son torse et ses bras pour descendre sur ses hanches et son aine, frissonnant violemment en sentant ce rapprochement si intime.

Et s'il se mettait à durcir contre lui ? Ils étaient presque fondu l'un contre l'autre, comme des amants, ce serait plus que gênant si son ami sentait une barre de fer contre le sien... Finalement, peut-être aurait-il mieux valu pour ces deux célibataires de prendre une douche séparément : pour Kazuo qui était encore vierge, tout ça était perturbant... Lâchant brusquement l'éponge et le savon, le petit pianiste se détourna de lui et lui offrit son dos pour qu'il le savonne à son tour, remontant ses genoux sous son menton et les entourant de ses bras, fermant les yeux et respirant calmement pour se détendre et chasser cette gêne qui s'était développé au sud.

- J'ai finit ton devant, tu me laves le dos ? Je laverais le tien en échange après... Dit-il doucement, cachant son visage dans ses bras pour ne pas lui montrer son souci.

----------------------------------------

---

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

---

=> [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] de Kazuo Yamakishi

---
Revenir en haut Aller en bas
Kenny Lystar
Membre
Membre
avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 18/09/2011

Mini-Fiche
Âge: 24 ans
Travail/Étude: Chirurgien
Relation: Amant

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Mer 24 Juil - 16:16

[ Dis, ça te va si je fais des réponses un peu plus courtes comme celle-ci ? Elles me permettent d'écrire plus vite (: ]


En voyant son ami se renfrogner à sa parole, se raidir au baiser sur sa main, il sut immédiatement qu’il avait gaffé. Cependant, il n’avait aucune idée où. Il avait été plus que sincère et avait dit ce qu’il pensait haut et fort. Il avait dit son impression, il avait même embrassé sa main –bien sûr, pas celle blessée, il avait beaucoup trop peur de le voir s’effaroucher ou de lui faire mal- pour lui démontrer ses bons sentiments. Après tout, il se souciait de lui et de son bien-être.  Il ne voulait pas qu’il s’éloigne de lui –psychologiquement parlant- en raison de paroles ou gestes mal interprétés.


Puis, vint la contre attaque. Ce mot, menteur, lui fit l’effet d’un poignard. Menteur, personne proférant des mensonges, en qui on ne peut croire les propos. Si on croyait quelqu’un menteur, c’est qu’on avait des doutes sur elle, on ne lui faisait pas confiance. Bien qu’il ne le démontra évidemment pas, cela le blessa au plus profond de lui. Ils étaient supposés être frère, non ? Dans une telle relation, la confiance était de mise. Oh, de son côté, il lui faisait confiance, et entièrement. Mais…


Il entendit d’une oreille distraite ce que dit son ami à propos de son poids. Il était vrai qu’il était un peu en dessous de la moyenne : cependant, en tant que médecin, il savait que ce n’était pas non plus alarmant. Sinon, il l’aurait tout de suite remarqué et il lui en aurait parlé : il ne se serait nullement gêné à aborder le sujet. Mais là, c’était passable, alors…


Après l’avoir enlacé pour lui transmettre un peu de chaleur humaine, dans un but purement amical et Kennyesque, il s’était redressé pour le regarder dans les yeux, s’attendant à une réplique. Oui, à une réplique, mais pas à celle-là. Il ne sut quoi dire à ça, se sentant maladroit.


« Ce n’était pas le but… C’était seulement le fond de ma pensée… Mal exprimée, peut-être, mais tout de même… »


À la demande de lui laver le dos, il obtempéra comme un robot, prenant l’éponge et suivant un tracé plutôt mécanique. Il se sentait à la fois mal avec l’énorme malaise de la situation et nerveux face au déroulement des évènements qui lui échappaient complètement. Il sentait aussi une once de culpabilité gonfler en lui, ressentant le malaise de son ami jusqu’aux tréfonds de son âme. Il finit par lâcher l’éponge dans l’eau –qui fit un bruit mât au contact du liquide- et poser une main sur l’épaule de son ami. Non, en fait, il fit le mouvement de poser sa main sur son épaule, mais ne le fit pas, ne finissant pas son geste. Il profita du fait que son ami lui tournait le dos pour remettre ses barrières en place.


« Je ne t’ai pas mentit…, commença-t-il, piteux. Je ne voulais simplement pas te blesser… ou que tu prennes le geste mal et que tu sois mal à l’aise, comme la dernière fois. »


Il soupira légèrement en observant un coin de sa salle de bain, comme si une bataille s’était déclarée dans cet espace.


« Je suis désolé. Je ne voulais pas te vexer, ni te rendre dans cet état d’embarras… mais il est trop tard pour ça. »


Il se massa la nuque, puis se redressa lentement pour sortir de l’eau : la situation était entrain de dégénérer et il ne voulait aucunement que ça continue ainsi. Kazuo était son premier ami… il ne voulait pas le  perdre. Et si pour ça il devait s’éloigner, alors, il était prêt à le faire.


« Je-…Je vais te laisser, d’accord ? Je reviendrai prendre une douche après…  Comme ça, tu pourras te détendre dans l’eau sans avoir à supporter le stress que je te cause, ok ? »


Il s’assit sur le bord de la baignoire, observant son ami, guettant tout mouvement et tout geste, prêt à toutes éventualités, calculateur. II n’avait strictement aucune idée comment il allait réagir : et ça, ça l’effrayait plus que zigzaguer dans un trafic abondant.

----------------------------------------

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Kazuo Yamakishi
Membre
Membre
avatar

Messages : 349
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 28
Localisation : Entre la Lorraine et ma Bretagne ♥

Mini-Fiche
Âge: Kazuo a 21 ans
Travail/Étude: Il est Etudiant
Relation: Célibataire

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Sam 27 Juil - 11:05

En fait, il ne s'attendait pas à ce que Kenny réagisse de cette manière. C'est vrai que Kazuo n'avait pas apprécié qu'il dise de telles paroles sans oser embrasser sa main blessée mais il pensait qu'il allait protester, lui montrer et agir qu'il avait tort de dire de pareilles choses. Mais rien. Niet... Quedal... Et, tout comme le médecin, le petit pianiste se sentit trahit. Continuant de discuter et de répondre à ce qu'il lui a dit, il finit par laisser tomber l'éponge et lui demander de lui savonner le dos en échange, se sentant un peu plus mal à l'aise à chaque minute qui passait, tant physique que mental. De toute façon, au vu de la situation, les choses ne s'améliorerait pas et le silence glaciale de Kazuo n'arrangeait rien, et cela n'arrangeait tellement rien qu'au final, Kenny abandonna tout simplement, lâchant à son tour l'éponge avant de quitter l'eau du bain, présentant ses excuses et faisant se figer de culpabilité le petit pianiste.

Ce dernier n'était vraiment pas contre un mode d'emploi pour comprendre les gens... Lui et la sociabilité faisait vraiment quatre de toute évidence. Peut-être avait-il été beaucoup trop présomptueux en pensant que cet homme serait parfait pour être son grand-frère : il ne voudrait pas d'un petit frère comme lui-même alors le médecin devait sûrement penser la même chose. Il se sentait misérable... Il l'écouta sans un mot, ne le regardant pas et ne bougeant pas de sa position : son idée de bain en même temps était vraiment une idée très con.

- Laisse, j'ai finit de me savonner de toute façon, mentit-il : il avait encore les cheveux sales et de la farine sur le visage.

Sortant à son tour de la baignoire, au bord des larmes, la gorge serrée par l'amertume, Kazuo attrapa une serviette et se sécha en lui tournant le dos avant d'enfiler des vêtements propres qu'il lui avait préparé et de quitter brusquement la salle de bain : il n'était vraiment pas doué avec les autres et il ne laissa pas son ami le temps de le retenir ou de lui parler.... Trouver le moyen de bander contre quelqu'un qu'il considérait naïvement comme un frère et s'offusquer de ses gestes alors qu'il voulait simplement être gentil... Il se sentait vraiment honteux et nul, ça le rendait malade de se voir ainsi alors c'était pour ça qu'il prenait la fuite. Trouvant refuge devant la baie vitrée de son salon donnant sur l'extérieur, le petit pianiste se recroquevilla sur lui-même et se perdit dans l'horizon, frissonnant légèrement dans ses vêtements trop grands, sursautant au moindre bruit que Kenny pouvait faire et jetant des coups d'oeils au pizza pour voir si elles n'avaient pas brûlé.

Si ces dernières brûlaient, adieu le dîner et lui partirait chez lui : ce n'était que de la nourriture mais toute la symbolique qu'il y avait derrière dans le fait de la cuisine ensemble était important pour l'étudiant. Il gâchait tout... Et si les pizzas rataient, il s'en irait parce que cela ferait de trop pour lui. Il abandonnerait leur relation et continuerait sa vie en solitaire parce que de cette manière, il était sûr de ne blesser personne comme ça.

Reniflant brièvement en s'essuyant la joue, Kazuo continua d'attendre et de surveiller le repas... Immobile et pitoyable devant la baie vitrée, il ne bougea pas.

----------------------------------------

---

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

---

=> [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] de Kazuo Yamakishi

---
Revenir en haut Aller en bas
Kenny Lystar
Membre
Membre
avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 18/09/2011

Mini-Fiche
Âge: 24 ans
Travail/Étude: Chirurgien
Relation: Amant

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Sam 27 Juil - 18:11

Quelques minutes plutôt et la gaieté avait envahit la maisonnée : maintenant, elle avait été remplacé par une atmosphère lourde et étouffante. Jamais auparavant il n’avait été dans une telle situation, et pour cause : il se tenait toujours loin des relations plus que professionnels. Mais là, il s’était investit dans quelque chose de beaucoup plus grand, il devait donc en assumer les responsabilités. Même si, il se l’avouait, il n’avait strictement aucune idée de comment faire pour être un bon ami. Etre là et écouter ? Oui, il avait déjà essayé. Lui parler, le rassurer ? Ça aussi, mais ça n’avait pas plus fonctionné. Il commençait à désespérer et la peur, sournoise créature tapie dans l’ombre de son esprit, se régalait de la vue de sa déchéance.

Kazuo fut le premier à réagir réellement ; il lui dit qu’il avait finit de se nettoyer, ce qui était complètement faux. Il avala cependant le mensonge sans rien dire ni broncher. Son mensonge était en quelque sorte ce qui creusa un peu plus le fossé entre eux deux : de cette façon, il lui disait qu’il avait besoin de s’éloigner, qu’il ne voulait plus poursuivre la conversation. Kenny, comme toujours, ne se mit pas en travers de sa route et le laissa filer. Même s’il aurait voulu le retenir, il n’aurait pas pu : il avait filer en quatrième vitesse sans dire un seul mot.

De nouveau seul, il baissa les yeux sur l’eau sales de la baignoire. Une petite voix arrogante se mit alors à lui chuchoter sadiquement comment tout avait foiré, comme d’habitude, appuyant perversement sur ces derniers mots. Il se leva brusquement pour faire taire la voix agaçante, se dirigeant de suite vers une serviette propre malgré qu’il lui restait ici et là quelques tâches blanches. Il s’essuya rapidement, puis enleva le bouchon pour faire évacuer l’eau. Il enleva son seul vêtement et entoura plutôt ses hanches de la serviette. Il lança un dernier regard à sa salle de bain –qu’il devrait nettoyer de fond en comble, comme la cuisine- avant d’attraper au dernier instant un t-shirt et l’enfiler. Il savait qu’il devait avoir l’air fou ainsi, avec un t-shirt plutôt grand et une simple serviette : mais au moins, il était caché.

Il quitta la pièce avec l’intention d’aller parler à Kazuo et, si possible, régler le problème. Problème qu’il ne comprenait pas très bien, en fait. La boule dans sa gorge lui faisait atrocement mal : Kazuo lui en voulait-il beaucoup ? Serait-il capable de régler quelque chose ? Acceptera-t-il de l’écouter, seulement ?

À pas de loup, il avança jusqu’à voir le dos de son ami, ami poster devant la baie vitrée. Tout de suite, par sa posture et le peut qu’il voyait dans le reflet de la vitre, il sut que la situation était grave. Et, malgré qu’il ne savait aucunement comment réagir de la bonne façon, il continua son chemin jusqu’à être dans son dos, ayant accéléré le pas pour enserrer fort sa taille.

« Kazu… S’il te plaît, ne pars pas… Reste avec moi… »

Ses battements de cœur s’était accéléré dû à la frayeur de le voir s’écarter de lui et s’envoler de sa vie. Peut-être Kazuo pouvait le sentir dans son dos. Il ne tremblait pas, mais c’était tout comme. Il observa le reflet de son ami dans la baie vitrée, fixant de ses yeux verts les siens, pas prêt du tout à le laisser filer. Il n’osa rien dire d’autre, attendant une quelconque réaction. Il sentait l’odeur des pizzas jusqu’à leur position ; la cuisson ne semblait pas ratée jusqu’à date. Mais il suffisait que d’une négligence pour que tout s’écroule…

----------------------------------------

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   

Revenir en haut Aller en bas
 

In a friend's arms... (PV Kazuo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Goodbye my old friend...
» Hey my friend [PV]
» Combat arms
» Heavy in your arms [Wyatt] -TERMINÉ
» It's a carousel my friend - Défi {Vera}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yaoi Rpg :: District vert (Est) :: 
Résidences
 :: Maison de Kenny Lystar
-