Yaoi Rpg

Forum Yaoi RPG.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 In a friend's arms... (PV Kazuo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Kazuo Yamakishi
Membre
Membre
avatar

Messages : 349
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 28
Localisation : Entre la Lorraine et ma Bretagne ♥

Mini-Fiche
Âge: Kazuo a 21 ans
Travail/Étude: Il est Etudiant
Relation: Célibataire

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Lun 29 Juil - 10:24

Lourde et pesante. L’atmosphère insouciante et pétillante de joie était déjà bien loin... Comment les choses avaient pu dérapé de cette manière ?! Soupirant en baissant les yeux, jouant avec ses mèches sales, de la farine tombant sur les vêtements pourtant propre, Kazuo renifla encore un coup avant d'écraser une larme sur sa joue. Si Kenny ne lui avait pas fait ce genre de déclaration, rien de tout cela ne serait arrivé ! Mauvaise foi, bonsoir... Au fond, s'il ne l'avait pas mal prit l'acte du médecin, s'il avait davantage réfléchit à ce que cela impliquait pour eux deux, rien ne serait arrivé et c'était ça la vérité de cette situation : c'était de la faute du petit pianiste et, doué comme il était, il se sentait incapable de modifier la situation pour faire arranger les choses entre eux deux. Il s’apitoya sur lui-même, roulé en boule contre la baie vitrée, se fustigeant mentalement et se mouchant dans la manche de son haut beaucoup trop grand pour lui qui était taillé comme une crevette. Bien entendu, cela ne l'empêcha aucunement de surveiller avec attention la cuisson des pizzas qui, au vu de la délicieuse odeur qui envahissait de plus en plus l'appartement, étaient presque cuite et prête à être dégustés !

Tout entier à ses réflexions, il ne fit pas attention à Kenny et poussa un petit cri de souris effrayée, sursautant sous l'effet de la surprise, alors qu'il voyait ses bras s'enrouler autour de sa taille si fine, sa voix résonnant contre son oreille en le faisant frissonner. Que... Ses suppliques finirent par atteindre son cerveau et il détourna les yeux en se mordant la lèvre, essayant de se détacher de son emprise très « poulpesque », sans succès. Comment pouvait-il résister à un pareil appel alors qu'il avait désespérément besoin de tendresse et d'amour... Finalement, il le laissa le presser contre lui et il s'essuya les joues pour faire stopper l'écoulement de ses larmes silencieuses, reniflant par moment sans oser le regarder.

- Je suis dégoûtant... Je suis moche... Je bande pour quelqu'un que je ne connais pas vraiment et que je veux considérer comme mon grand-frère... Et puis, tu ne m'as pas embrassé la main de ta déclaration d'affection : tu es médecin, tu es censé savoir que mes plaies ne me font souffrir que lorsqu'il y a un changement de température important ou un fort taux d'humidité dans l'air, ou encore quand je l'utilise trop... Je... Rien... On ferait mieux de sortir les pizzas du four, elles ont l'air d'être prête.

Il se sentait profondément perdu et humilié en cet instant, et ce n'était pas cette dispute froide avec Kenny que les choses allaient s'arranger. Soupirant, il effaça les dernières traces de larmes avant de se tortiller dans ses bras pour échapper enfin à sa prise et aller voir leur repas qui devait être prêt à présent : peut-être que manger un morceau apaisera l'atmosphère. Mais combien est-on prêt à parier que Kazuo dégusterait sa part en silence et le plus loin possible de son ami ? Le fait d'avoir mal prit ses paroles affectueuses dans le bain et d'avoir osé bandé contre et pour le médecin l'avait beaucoup frappé, effrayé, qu'il ne le croyait...

----------------------------------------

---

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

---

=> [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] de Kazuo Yamakishi

---
Revenir en haut Aller en bas
Kenny Lystar
Membre
Membre
avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 18/09/2011

Mini-Fiche
Âge: 24 ans
Travail/Étude: Chirurgien
Relation: Amant

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Mar 30 Juil - 12:37

La première chose que remarqua Kenny lorsqu’il serra son ami dans ses bras, c’est que ça ne fonctionnerait pas. L’ambiance s’alourdissait de seconde en seconde. Le corps contre lui n’avait rien de confortable, il était tendu, raide. Et pourtant, malgré ce mur que Kazuo avait monté entre eux, il tenait bon, il continuait à tenter de réparer ce qui semblait vouloir se détruire. Il voulait réellement remettre les choses à leur place, c’est ce qu’il désirait le plus en ce moment. Ça et faire disparaître la boule dans sa gorge. Il avait l’impression qu’il allait tomber à tout moment tant l’aura que Kazuo laissait planer lui faisait mal. Sa destruction de lui-même, sans qu’il ne puisse l’empêcher, ne pouvait que le faire reculer. Et pourtant, il était là, il restait là… Mais pour combien de temps encore ?

Ses paroles le firent tressaillir. Il revenait sur la main, encore une fois, et remettait en doute ses capacités de médecin ? Il allait beaucoup trop loin. Après tout, oui, les changements radicaux de température, une trop grande utilisation ou un fort taux d’humidité était généralement les causes de la faiblesse de telles blessures. Et…justement. Ils s’étaient battus, ils avaient cuisinés, ils s’étaient lancé des ingrédients… Ils avaient fait coulé un bain d’eau chaude et la salle de bain avait subit une grande condensation. Toutes les raisons étaient là pour qu’il ressente un minimum de douleur. Or, chaque personne est différente et réagit différemment aux situations de la vie. Certains auraient eu mal, d’autre non. Après tout, il n’avait pas non plus observé minutieusement sa plaie. Aucun diagnostique. Il n’avait donc pas joué à la roulette russe : il n’avait pris aucune chance et avait évité de trop manipuler sa main blessée.

Bien sûr, il ne lui dirait pas tout ça : Kazuo était beaucoup trop sur la défensive, dire quoi ce soit n’apportait rien de bon. Il avait tout essayé, rien ne fonctionnait. Absolument rien. Et ce n’est pas comme s’il n’avait pas mis un peu de lui ! Il avait vraiment essayé, mais il le retournait de bord à chaque tentative, le blessant un peu plus à chaque coup. Kazuo s’en voulait tant, il était tellement fixé sur ça qu’il oubliait que ses réactions pouvaient être blessantes. Et elles l’étaient.

Il lâcha sa prise lorsque Kazuo le força à le faire : de toute manière, il n’avait plus de force. Il le laissa s’enfuir, comme toujours, et tomba à genoux, son reflet se répercutant à quelques centimètres de son visage. Il soupira doucement. Il n’y avait rien à faire : si Kazuo ne mettait pas du sien, il ne pouvait sauver ce qui restait de leur relation.

Il ne s’était pas arrêté sur la partie du problème anatomique de son ami puisqu’il ne s’en était aucunement rendu compte et, personnellement, ça ne l’aurait pas dérangé le moins du monde. Tant qu’il ne lui aurait pas parlé, il n’aurait pipé mot. Une telle réaction était normale après un corps à corps comme ça… C’était gênant pour le propriétaire, évidemment, mais s’il lui en avait parlé au lieu de paniquer. Oui, s’il avait prit la peine de simplement tenté de lui laisser une chance de s’expliquer…

Kenny se leva à son tour et ravala ses mots. Peu importe ce qu’il disait, Kazuo trouvait toujours moyen de lui faire retomber dessus. Dans un cas comme ça, valait donc mieux se taire et attendre. Si Kazuo tenait ne serait-ce qu’un peu à leur relation, il s’ouvrirait à lui. Au moins un peu. Car là, il lui faisait la tête et il ne savait même pas pourquoi ! Il s’en voulait ? Alors pourquoi continuer à réagir ainsi ? Il aggravait volontairement sa situation…

Il alla sortir deux assiettes, puis mit la table, silencieux, évitant son regard. Puisqu’il était chez lui, il s’occupa aussi de sortir la pizza du four.

« Tu peux aller t’assoir, furent ses seuls mots. »

Il coupa un morceau pour eux deux, spécialement maigre pour lui-même vue son manque d’appétit. Il déposa l’assiette devant Kazuo et alla s’assoir en face, ses yeux se tournant automatiquement sur son plat. Il n’avait même pas faim. Or, quitte à se rendre malade, il devait manger, au moins un peu… Sinon, il sentait qu’il y en aurait un qui le prendrait très, très mal.

Comme toujours, il ne laissa rien paraître sur son visage. Le visage de glace était de retour. Il s’était suffisamment fait mal comme ça.


----------------------------------------

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Kazuo Yamakishi
Membre
Membre
avatar

Messages : 349
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 28
Localisation : Entre la Lorraine et ma Bretagne ♥

Mini-Fiche
Âge: Kazuo a 21 ans
Travail/Étude: Il est Etudiant
Relation: Célibataire

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Mer 31 Juil - 11:29

Rien n'avait prédestiné que tout se déroule de cette manière. Bon d'accord, leur rencontre dans les bains fut assez sèche et vindicative : ils n'avaient pas accroché de suite l'un à l'autre ; et puis au supermarché, une vieille dame était morte d'une crise cardiaque sous leurs yeux, anéantissant le médecin que Kazuo avait veillé le temps qu'il retrouve son souffle. Mais, à part ces deux petits soucis, tout s'était passé dans le calme et les rires, la tranquillité et les sourires : faire la cuisine ensemble et discuter de leurs vies ou leurs goûts les avait rapprochés, et le petit pianiste avait continué sur cette lancée avec l'idée du bain. Le moment avait été, sur le coup, plutôt gênant voire ridicule quand il a glissé sur le sol, tombant à terre, mais cela avait pourtant bien commencé alors l'étudiant ne sut absolument pas ce qui avait pu faire tout capoter. Enfin si... Il se doutait, non il savait !, que cela venait de lui, que c'était de sa faute et qu'il était en tord dans cette histoire.

Après son accident, il ne s'était jamais vraiment remit au fond : toujours prudent et fragile, se méfiant et interprétant le comportement de tout le monde à son égard. Il faut dire qu'après toute cette histoire, ses parents avaient encore plus disparut de son horizon, le personnel payé pour veiller sur lui n'éprouvait que de la pitié, du dégoût et du mépris pour lui alors qu'avant l'accident on l'aimait avec sincérité et profondeur. Il avait perdu le peu de personnes qui l'aimait vraiment à cause de tout ça et, bien qu'il avait littéralement changé de vie et de lieu en venant à Tamriel, il était encore profondément effrayé lorsqu'il faisait connaissance avec quelqu'un, une nouvelle personne qui lui était totalement étrangère. Oh cela ne l'empêchait pas d'être serviable et souriant, très gentil et patient, malgré sa discrétion et son manque de bavardage, mais il restait tout de même prudent et extrêmement maladroit au point que cela le poussait sans qu'il le veuille dans des situations comme celle-ci.

Une blessure dans l'âme ne guérissait jamais vraiment...

Quand Kenny lui fit cette déclaration, Kazuo avait été tout chose, profondément touché par la délicatesse et la douceur de ses propos, son cœur battant de plaisir et un sourire sur le point de fleurir sur ses lèvres. C'était tellement bon de se sentir apprécié et aimé... Mais son sourire se fana et son cœur se serra quand il le vit embrasser sa main indemne au lieu de celle blessée, nourrissant le doute qui n'avait jamais quitté son essence : Kenny n'était peut-être pas si sincère que ça avec lui... Et il avait craqué, remontant ses barrières défensives et se montrant froid et distant, blessant le médecin autant qu'il se sentait blessé. Et ils en étaient là, tous les deux... Finissant par se lever, il éteignit le four et coupa les pizzas dans le silence le plus totale, tressaillant de peur quand il l'entendit lui dire d'aller s'asseoir une fois qu'il eut finit de mettre la table. S'asseyant sur le bord d'une chaise, il garda les yeux baissés avant de regarder son assiette : il avait l'appétit coupé et la nourriture lui soulevait le cœur. Et ce silence... Dieu qu'il haïssait le silence... Kazuo finit par repousser son assiette et se lever.

- Je vous présente mes excuses pour vous avoir traité de menteur... Murmura-t-il avant de s'incliner à la japonaise, refusant de le regarder. Je n'aurais pas dû m'emporter de cette manière et être aussi ignoble avec vous alors que vous avez été très gentil avec moi... Je pense que j'ai encore beaucoup de mal à faire confiance à autrui et vous n'auriez pas dû payer pour ma méfiance... Je suis désolé Kenny... Souffla-t-il en s'inclinant une nouvelle fois avant de quitter la salle pour aller dans la chambre de son ami, se laissant tomber dans son lit avant de se rouler en boule et de pleurer doucement.

----------------------------------------

---

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

---

=> [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] de Kazuo Yamakishi

---
Revenir en haut Aller en bas
Kenny Lystar
Membre
Membre
avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 18/09/2011

Mini-Fiche
Âge: 24 ans
Travail/Étude: Chirurgien
Relation: Amant

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Jeu 22 Aoû - 15:18

[Pardon pour ce long retard, j'ai été très prise par le travail et je n'avais réellement pas d'inspiration. Ou plutôt, je doutais de moi x') ]


Quand on avait vu et entendu tout ce qu’un médecin pouvait avoir vécu dans sa carrière, on apprenait à prendre énormément sur soit. On apprenait à vivre avec les accusations, les reproches, la douleur. On apprenait à ouvrir ses bras ou, au contraire, les refermer. En réalité, à être médecin, médecin chirurgien dans les urgences de surcroît, on apprenait énormément de chose. Or, ce que Kenny retint le plus au cours des dernières années, ce fut à quel point l’être humain était fragile. Tant physique que psychologique. Comme un chiot abandonné, craintif, apeuré, traumatisé par son maître glacial, l’humain avait la capacité de monter des barrières entre lui et ses autres camarades. Et C’est en croyant se protéger qu’il se détruisait… C’est bien beau vivre seul sur son île, mais, même le plus solitaire des hommes ne pourrait y rester sans que l’humanité vienne à lui manquer un tant soit peu. Car on est ainsi fait. Car ce n’est pas parce qu’on ne veux pas être qu’on n’est pas…


Le haut-le-cœur le pris et il déposa sa fourchette. Impossible de continuer dans l’immédiat. S’il n’avait pas été aussi désemparé par la situation, aussi mal, il aurait sans doute remarqué à quel point la pizza était délicieuse. Mais il ne le remarqua pas. Pas plus qu’il ne vit l’aspect agréable qu’elle offrait. Ils ne l’avaient pas du tout raté, comparé à leur relation.


Il inspira profondément, cherchant quelque chose à dire, à faire, son côté Kennyesque ressortant malgré lui. Même si le médecin en lui disait, hurlait, de se taire et d’attendre que l’autre prenne en premier pour ne pas empirer les choses, il y avait cette partie en lui, beaucoup plus grande, qui redoutait de voir son seul ami le quitter d’une seconde à l’autre, en larme. Il ne voulait pas ça. Le docteur en lui non plus, évidemment. En fait, tous les deux avaient le même but : détruire le malentendu survenu et se réconcilier avec Kazuo.


Alors qu’il ouvrait la bouche, allant sortir peut-être la énième bêtise de la journée, le grincement de la chaise frottant contre le plancher le fit taire. Il le regarda se lever, son cœur s’arrêtant au même moment. Peut-être même qu’il blanchit sur le coup ; il n’eut aucun moyen de savoir si c’était le cas. Or, chose certaine, sa respiration se bloqua pendant quelques secondes. Il regarda et écouta, immobile, Kazuo se lever et s’excuser poliment. Trop poliment. La façon dont il le fit brisa le dernier rapprochement qu’ils avaient encore en commun. Ils étaient de retour au bon vieux vouvoiement… Il secoua doucement la tête à tous les mots qui sortit de la bouche de son vis-à-vis.


" Arrête… Kazu, Arrête tout ça… Just stop this ! "


Kenny vit, sans pouvoir l’arrêter, Kazuo quitter la table et disparaître dans l’escalier. Trop estomaqué pour réagir et réfléchir convenablement, il resta quelques longues secondes assis sur sa chaise, observant le vide qu’avait laissé son ami. Il aurait dû l’arrêter. Il aurait dû arrêter tout ça dès le départ, avant que ça ne dégénère. Il aurait dû… Il aurait dû…


Il se leva d’un bond, faisant tomber de ce fait même sa chaise. Le repas était gâché de toute façon, il ne servait plus à rien de s’en soucier. Et puis, il ne pouvait pas faire comme si rien ne s’était passé et qu’il n’entendait pas les reniflements de son ami.  Ils étaient chez lui, que diable ! Et il était le plus vieux. C’était sans aucun doute à lui de faire les pas… Les premiers…


S’armant de courage, il prit une grande respiration et prit la direction des escaliers. Il était réticent, mais il voulait réellement y aller. Il monta donc doucement les marches, le pas léger, le cœur un peu plus lourd. Il déglutit en espérant ne pas se faire rejeter à nouveau. Un rejet de plus et il partirait. Même si c’était chez lui, il sortirait. Pour se changer les idées, se rafraîchir… Respirer.


Plus il voyait la fin de l’escalier arrivé, plus sa nervosité augmentait. Rester calme était pourtant une chose aisée pour lui : pourquoi maintenant perdait-il tous ses moyens ? Kazuo.


Une fois en haut, il vit de suite la petite forme toute recroquevillée sur elle-même entre ses draps. Voir les larmes coulées sur les joues de celui qu’il considérait comme son jeune frère lui déchira un peu plus le cœur. Si cela était encore possible. Il s’avança lentement, doucement, ne faisant aucun bruit, puis alla s’assoir sur le lit, à côté de Kazuo.


Délicatement, il passa une main dans ses cheveux, lui dégageant le visage en caressant sa peau blême.



« Kazuo… Je peux te prendre dans mes bras ?, demanda-t-il timidement, ne voulant pas le brusquer, mais plutôt le consoler. »

----------------------------------------

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Kazuo Yamakishi
Membre
Membre
avatar

Messages : 349
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 28
Localisation : Entre la Lorraine et ma Bretagne ♥

Mini-Fiche
Âge: Kazuo a 21 ans
Travail/Étude: Il est Etudiant
Relation: Célibataire

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Dim 25 Aoû - 19:08

{hrp: tu te doutais de toi? Pourquoi donc? Parce que je n'écris pas beaucoup de longueur? J'essaierais de faire davantage d'effort à l'avenir, désolé ^^'}

---

Les choses semblaient aller de mal en pis... Il ne cessait de se fustiger mentalement, ne se pardonnant pas d'avoir tout fait raté entre eux au point que le silence avait autant d'amour que des couteaux aiguisés. Même la nourriture avait un goût de cendres alors c'était dire à quel point la situation n'était vraiment pas au poil. Mais c'était trop, Kazuo voulait s'en aller pour préserver son ami, si encore il pouvait l'appeler ainsi, de lui et de son comportement : avait-on idée d'être aussi méfiant et susceptible alors qu'il n'avait cessé d'être gentil et prévenant ? Il le remerciait d'une bien vilaine façon et l'éclat blessé qu'il pouvait voir dans son regard le démontrait amplement... Et la pizza qui pourtant était si belle et avait l'air si bonne, qu'il avait fait ensemble et en riant, collé l'un à l'autre. Un sentiment si chaud pétillait en lui et rendait le petit pianiste tellement euphorique ! Mais il avait tout cassé à cause d'un petit doute et la culpabilité le mordait cruellement... C'était trop. Il finit par se lever et s'excuser, ne le regardant pas et le traitant comme un étranger avant de prendre « courageusement », si l'on pouvait dire, la fuite faire la chambre de Kenny, un repli stratégique pour se cacher et pleurer : il se sentait mais tellement con d'être comme il était ! Et tout ce qu'il voulait c'était redevenir l'ami du médecin et se cacher dans ses bras jusqu'à ce que le monde s'efface à jamais... Mais qui voudrait de quelqu'un comme lui, aussi stupide et susceptible ? Sûrement personne...

Reniflant disgracieusement, Kazuo se cacha dans les draps pour étouffer les lourds sanglots qui secouaient son corps si frêle, les larmes se mêlant à la farine. Tch, il lui avait mentit quand il disait être propre et voilà qu'à présent il allait salir son lit : il n'y avait plus qu'à laver les draps à présent. Hoquetant, le petit pianiste finit pourtant par se figer quand il entendit le grincement d'une marche d'escalier puis le froissement des draps sur lesquelles on venait de s'asseoir : Kenny venait de monter pour le retrouver... Que faire ?! Se mordant les lèvres et fermant gaminement les yeux, l'étudiant frissonna en sentant ses doigts dans ses cheveux encore un peu poisseux, s'apaisant légèrement au contact si chaud de sa main. Il ne méritait vraiment pas le médecin... Ouvrant précautionneusement son regard, Kazuo le regarda du coin de l'oeil, hésitant et étouffé par la culpabilité avant d'écarquiller les yeux en l'entendant : il voulait vraiment... Malgré ce qu'il lui avait fait ?! Fermant brusquement les yeux, le petit pianiste se jeta dans les bras du médecin en sanglotant plus fort, s'accrochant à lui comme une moule à son rocher ou un enfant perdu à son frère.

- Je ne te mérite pas Kenny... Je suis tellement tellement désolé d'être comme ça ! Je te demande pardon... Pleura-t-il en s'enfouissant contre lui, reniflant sans élégance en essayant de se calmer. Je t'aime mais j'ai tout gâché... Je suis stupide... Rajouta-t-il en frottant ses yeux de ses poings pour effacer ses larmes, grimpant sur lui pour s'enfouir plus étroitement dans sa chaleur. Pardon... Pardon... Je t'aime... Je suis désolé... Murmura-t-il contre son cou en restant caché contre lui, honteux et coupable, sincèrement désolé d'avoir été aussi odieux avec le médecin pourtant si gentil avec lui.

----------------------------------------

---

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

---

=> [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] de Kazuo Yamakishi

---
Revenir en haut Aller en bas
Kenny Lystar
Membre
Membre
avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 18/09/2011

Mini-Fiche
Âge: 24 ans
Travail/Étude: Chirurgien
Relation: Amant

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Dim 1 Sep - 16:56

(Hors-Rp : Non non non ! Pas du tout, haha ! Je doutais de MA réponse ! Je ne l'appréciais pas en d'autres mots xD T'inquiète, ta longueur is perfect !)
 

Il était monté. Kenny était monté le voir. Alors qu'il s'assoyait sur le lit, proche de son ami, il ne savait pas encore si son acte était bien ou mal. Était-ce une bonne ou une mauvaise chose ? Allait-il empirer les choses ou contribuer à ce qu'elles se réparent ? La dernière option lui semblait être un étendu d'eau dans un désert : il y croyait, il voulait y croire, mais elle lui semblait si irréel… Si impossible… Il avait tant peur de la voir disparaître ! Kazuo était son premier ami, il le répèterait jamais assez. Il était aussi son petit frère et, peu importe ce qui c'était passé ou se passera, il l'aime. Il l'aime énormément et ne veux pas le perdre.
 
C'est pourquoi il se trouvait là, tout piteux, le cœur gros, quémandant le droit de pouvoir serrer son ami contre lui. La dernière fois qu'il avait tentée de le faire, il s'était quasiment pris un râteau. Du coup, inutile de dire qu'il avait compris la leçon. À partir de ce moment, il avait décidé de toujours lui demander la permission avant d'entamer un geste: ainsi, il serait certain de faire la bonne chose. Bien sûr, ça lui donnait l'impression de marcher sur des œufs, ce qui était inconfortable : or, pour Kazuo, il était prêt à le faire. Pour lui.
 
Alors qu'il posait la question, doucement, sans le brusquer, il vit les yeux de son ami s'écarquiller. Il ne comprit pas l'expression sur son visage. À quoi pensait-il ? D'où venait cette, quoi, surprise ? Était-il surpris ? Il fronça légèrement les sourcils. Pourquoi cet étonnement ? Avait-il dit quelque chose qu'il ne devait pas ? Il allait ajouter quelque chose, tenter de nuancer sa demande, lorsque Kazu le pris par surprise en lui sautant dans les bras.
 
Automatiquement, il referma fermement les bras sur lui, posant son menton sur sa tête, entendant ses pleurs et sa douleur. Il le laissa s'accrocher à lui, sachant qu'il devait en avoir besoin. Le corps chaud pressé contre lui le rassura immédiatement malgré les sanglots déchirés de son ami. Le simple fait de savoir qu'il n'était plus dédaigneux de ses contacts lui enlevait un énorme poids de sur les épaules.
 
Un doux vint flotter sur ses lèvres alors qu'une larme, de très proche suivit par une autre, dévala sur ses joues. Il entendit très bien les excuses de son ami, c'est reproche envers lui-même et, surtout, les tendres mots d'amour fraternel qui éclipsa toute douleur à son cœur. En sentant Kazuo monter sur lui, il resserra sa prise, le tenant fort contre son torse, là où battait son cœur de médecin.
 
« Non Kazuo… Non… Je…, sa voix s'étrangla et il déglutit difficilement. Ne t'excuse pas… Je ne t'en veux aucunement. Je comprends tes réactions… Je ne t'en veux pas… »
 
Il glissa une main sous le menton de son ami, puis l'obligea à plonger son regard dans le sien, ce regard désormais brillant, quelques larmes aux coins des yeux.
 
« Je t'aime aussi, petit frère… Rien ne changera jamais ça, je te le promets…Mais s'il te plaît, je t'en conjure, arrête tout ça…, il caressa l'une de ses pommettes pour y effacer quelques larmes. Arrêtons tout ça, ça n'a aucun sens… Je veux simplement te voir heureux… et bien…»
 

Il passa une main dans ses cheveux, puis vint poser un léger baiser sur son front, ses bras toujours autours de ce frêle corps. 

----------------------------------------

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Kazuo Yamakishi
Membre
Membre
avatar

Messages : 349
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 28
Localisation : Entre la Lorraine et ma Bretagne ♥

Mini-Fiche
Âge: Kazuo a 21 ans
Travail/Étude: Il est Etudiant
Relation: Célibataire

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Mar 3 Sep - 7:07

{hrp: faut pas dire ça, j'adore toujours autant tes réponses, tu écris très bien! Et j'adore rp avec toi :) }

---

Ses cicatrices. Depuis qu'il les avait, c'était cauchemar sur cauchemar : impossible de jouer une mélodie plus d'une minute, l'amour des proches se transformant en dégoût, la pitié remplaçant l'amitié... Depuis ce fameux jour, Kazuo avait tout perdu. C'était pour ça qu'il avait déménagé et décidé de prendre son indépendance et sa vie à zéro en venant sur Tamriel et il avait vécu tant de chose : il avait rencontré des amis, il avait rencontré l'amour, il avait rencontré la tristesse et la solitude aussi : en somme, il avait vécu la vie d'un adolescent normal et c'était ce qu'il était venu chercher. La normalité... Au fond la normalité n'existait pas, c'était une invention du commun des mortels pour créer un moule qui satisfera sans discuter les exigences de la société : en gros c'était un vrai poison et une illusion mais tout le monde reproduisait ce schéma alors au fond, on ne pouvait que plier l'échine pour rendre la vie supportable. Mais notre petit pianiste, bien que recherchant cette stabilité, voulait surtout être libre de vivre comme il l'entendait et qu'on le juge sur ses capacités plutôt que son apparence ou son passé ou encore son statut sociale.

Et, bien que ce n'était pas rose à chaque fois, il était convaincu que son bonheur se trouvait ici, sur cette île.

Comme avec Kenny. Cela avait mal commencé et il venait de se disputer à cause d'un malentendu mais l'étudiant ne voulait pas le rayer de sa vie : c'était son grand-frère et quelqu'un qui ne l'avait pas jugé. Et qui cherchait encore à faire plaisir à Kazuo malgré le fait qu'il avait été odieux avec lui... Il était vraiment trop cet homme et le petit pianiste ne pensait pas le mériter. Pleurant dans ses bras en s'accrochant presque désespérément à lui, il se rendait compte de l'homme merveilleux qui le réconfortait en le serrant dans la chaleur de ses bras et la culpabilité l'étouffa encore plus alors que de lourds sanglots secouaient sa frêle carcasse.

- Pourtant tu as toutes les raisons de m'en vouloir... J'ai été si méfiant et douteux... J'ai eu peur et j'ai fui plutôt que d'essayer à te parler calmement... Lui répondit-il en reniflant, le regardant avec des larmes coulant de ses yeux : il avait l'air d'un enfant s'en voulant d'avoir fait une grosse bêtise. Je suis tellement désolé Kenny... Sanglota-t-il en baissant les yeux, s'enfonçant de plus belle dans les bras de son ami.

Mais il n'en voulait aucunement à Kazuo et il le lui dit en relevant son menton pour le regarder droit dans les yeux, essuyant quelques unes de ses larmes tout en pleurant aussi avant d'embrasser son front en restant doux. Il ne le méritait pas mais il ne l'en aima qu'encore plus...

- Pleure pas pour moi... S'il te plaît pleure pas... Je ne recommencerais plus... Murmura-t-il doucement en passant ses longs doigts nus sur les joues du médecin, lui offrant un sourire tremblant en effaçant tendrement ses larmes en reniflant.

Il ne voulait pas qu'il pleure à cause de lui, Kenny méritait de sourire et d'être enthousiaste et pas de supporter quelqu'un d'aussi odieux comme lui ! Il lui faisait tellement de mal... Continuant d'effacer les larmes du médecin, Kazuo sentit ses pleurs s'apaiser pour n'être remplacé au final que par des frissons alors qu'il restait à califourchon sur lui, pressé contre son torse.

- Pleure pas... Pleure pas, je ne recommencerais plus... Tout va bien... Je suis si désolé... Lui soufflait-il tout bas pour le consoler tout en continuant d'effacer chaque cristal liquide qui avait l'audace de couler de ses yeux magnifiques. Je t'aime Kenny, je t'aime très fort grand-frère... Caressa-t-il ses joues en continuant de lui sourire d'un air tremblant et hésitant avant de poser ses lèvres contre les siennes en le serrant contre lui.

Cela n'avait rien à voir avec le sexe ou autre chose, un simple baiser lèvres contre lèvres très chaste et doux et remplis de sentiment pour l'autre, un baiser d'un frère à un autre sans lien de sang ou de désir.

Rompant l'étreinte, Kazuo posa sa tête sur son épaule en fermant les yeux et caressa doucement son bras en restant contre lui, savourant seulement leurs retrouvailles.

- J'aimerais bien trouver un jour un compagnon comme toi... Aussi prévenant et soucieux... Aussi doux et gentil... Chuchota-t-il avant d'éternuer quand un peu de farine quitta ses cheveux pour lui chatouiller le nez. Je crois qu'il vaut mieux que je retourne me laver avant de manger... Souffla-t-il en se redressant légèrement. P-pas de bain ensemble... Juste une rapide douche avant de te rejoindre... Je peux ? Demanda-t-il en retenant son souffle, se mordant les lèvres, les yeux baissés et serrant ses mains entre elles : avaient-ils le droit de faire un caprice après les méchancetés qu'il lui avait fait ?

----------------------------------------

---

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

---

=> [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] de Kazuo Yamakishi

---
Revenir en haut Aller en bas
Kenny Lystar
Membre
Membre
avatar

Messages : 174
Date d'inscription : 18/09/2011

Mini-Fiche
Âge: 24 ans
Travail/Étude: Chirurgien
Relation: Amant

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Mar 10 Sep - 14:18

[ Nyyaa, tu es trop gentille ;-; J'adore aussi rp avec toi !! Tes réponses sont toujours intéressantes <3 ]

Lorsque Kenny sentit le frêle Kazuo s’enfermer dans la coquille protectrice qu’étaient ses bras, il ne put que se sentir amère pour cette âme fragile. Si un petit rien comme ça avait réussi à faire autant de dégât, qu’arriverait-il lorsqu’il serait confronté à quelque chose de plus fort, comme une rupture brusque ou au décès d’un proche ? Kenny connaissait suffisamment le genre humain pour savoir que ce genre d’évènement pouvait aisément ruiner une personne en quelques minutes seulement. Cette personne pouvait changer du tout au tout… Et Kenny ne voulait pas que son ami change pour rien au monde. Il l’aimait ainsi, son petit frère, avec ses défauts et ses qualités. D’une certaine manière, il avait autant besoin de Kazuo dans sa vie que lui avait besoin de sa personne.  Alors il s’attachait, il le tenait. Comme un marin à son navire, se fidèle compagnon de toujours.

Lorsqu’il entendit de nouveau la voix de son ami, une voix à l’intonation brisée par les remords et les larmes salées, il ne pipa mot et l’écouta. Il attendit ses pleurs, ses excuses, ses regrets. Il ne dit rien, se contentant de le bercer avec douceur. Parler n’aurait servit à rien : son cœur était gros, très gros. Valait donc mieux pour l’instant le laisser se calmer.

Mais en fait, qui était réellement le plus tourmenté entre les deux ? Lorsque Kenny lui relava la tête pour embrasser son front, il ne fit pas attention à ses propres émotions. Aussi, il fut étonné d’entendre la voix de son ami quémander de ne pas pleurer. Ce n’est qu’en sentant ses doigts passer avec une douceur extrême sur ses pommettes qu’il comprit  de quoi en retournait sa demande. Une larme. Ou deux, peut-être, il ne savait pas.

« Je… Je pleure ?, demanda-t-il faiblement, profondément étonné malgré ses yeux brillants. »

Il sentait la chaleur émanée du corps blottit contre lui et, il devait l’avouer, c’était profondément bon. Ça le rassurait, le calmait. Apaisait son cœur meurtrit par toute cette chicane. Il écouta patiemment la respiration de son ami prendre un rythme plus régulier, ses pleurs allant jusqu’à se taire. Il entendait les mots qu’il lui disait, mais il n’en comprenait pas le sens. Seul le « Je t’aime Kenny, je t’aime très fort  grand-frère…» le toucha profondément.

Lorsqu’il sentit ses lèvres sur les siennes, il ne recula pas, n’ayant ni l’envie ni la force de l’écarter. Ce baiser n’avait rien d’anormal pour lui. Ça se faisait, entre ami, non ? C’est ce que Clayton avait décrété durant leur relation amicale. Un baiser pour démontrer toute la tendresse qu’on éprouvait pour une personne, toute la douceur et l’attention qu’on désirait lui communiquer…

« Je t’aime aussi énormément, petit frère, murmura-t-il en le serrant un peu plus fort, sans pour autant lui faire de mal. »

Bien lové dans cette ambiance sereine qu’était les après-orages, le silence régna un moment. Kenny profita de cette accalmie pour se vider la tête de toutes pensées négatives et se nourrir de l’instant présent, pour plus tard. Il sourit, attendit, lorsque Kazuo lui fit part de son vœux de trouver quelqu’un comme lui, quelqu’un d’aussi généreux de sa personne que lui. Il en rit un peu, ne se reconnaissant pas tant dans ses qualités, mais ne fit aucun commentaire.

Ce n’est que lorsque Kazuo éternua sous l’effet de la farine qu’il se décolla enfin un peu. À sa requête, il ne put qu’obtempérer.

« Évidemment, tu peux y aller. Pendant ce temps, je vais faire un peu de ménage et te préparer quelque chose d’autre à manger de rapide et petit… Je ne crois pas que tu aies beaucoup faim, mais au moins un peu ? Questionna-t-il discrètement. »

Il avait bien vue que Kazuo était hésitant quant à demander de prendre une douche à part : avait-il peur de faire un caprice ? Enfin, il changea alors rapidement de sujet pour lui éviter de se préoccuper à ce sujet. Et puis, lui, personnellement, il avait un peu faim… Malgré tout ce qui s’était passé, son appétit était revenu. Son assiette lui paraissait appétissante, mais l’idée de manger ça le dérangeait un peu. Il ne voulait pas revenir sur ça tout de suite. Pas dans un futur proche, à vrai dire.

« Je t’attendrai, promit-il. »

Il ouvrit ses bras pour le laisse partir.

----------------------------------------

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Kazuo Yamakishi
Membre
Membre
avatar

Messages : 349
Date d'inscription : 09/06/2012
Age : 28
Localisation : Entre la Lorraine et ma Bretagne ♥

Mini-Fiche
Âge: Kazuo a 21 ans
Travail/Étude: Il est Etudiant
Relation: Célibataire

MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   Jeu 12 Sep - 2:17

Ses bras autour de lui, pour Kazuo c'était vraiment un cocon idéal, un lieu hors du temps et remplit d'amour et de douceur. Il se sentait profondément heureux et à sa place, là, comme ça, à califourchon sur lui et profondément enfouit contre lui. C'était le paradis... Et il s'en voulait d'avoir été aussi ignoble tout à l'heure. Pleurant, il finit par présenter ses excuses, la culpabilité lui étreignant le cœur alors que c'était un homme formidable qui méritait beaucoup plus que ce que le jeune pianiste lui avait offert précédemment. Et cela lui déchira purement et simplement le cœur quand il vit des larmes aux yeux du médecin : pourquoi pleurait-il pour lui alors qu'il avait été aussi méchant ? Essuyant ses pleurs autant qu'il pouvait, il finit par le presser contre lui et l'embrasser tendrement, lèvres contre lèvres, douceur contre tristesse, aucun goût sexuel ou invitation à faire l'amour, juste de la chaleur pour le rassurer.

- Ne pleure plus grand-frère, je ne te ferais plus mal d'accord ? Je serais sage à partir de maintenant, tu verras... Lui sourit-il en caressant sa joue, frottant doucement son nez contre le sien.

La tristesse avait cédé sa place à la culpabilité et cela le rongeait de le voir dans un état pareil, par sa faute en plus... Il déposa à nouveau un léger baiser sur ses lèvres en le serrant fort contre lui avant de se détacher. Bon il fallait qu'il se nettoie correctement à présent parce qu'il était en train de tout salir partout ce petit cochon ! Souriant d'un air gêné, l'étudiant se releva et hocha timidement la tête pour dire qu'il avait un peu faim avant de s'esquiver dans la salle de bain. Se déshabillant, il préféra se fondre dans la cabine de douche plutôt que d'aller dans la baignoire et se savonna complètement et énergiquement, un sourire tout bête aux lèvres alors qu'il était enfin réconcilié avec Kenny.

Il ne referait plus d'erreur ! Il promettait de tout essayer pour ne pas recommencer !

Fier de sa motivation, il se lava correctement et une fois qu'il fut vraiment propre à 100%, il sortit et se sécha tranquillement, ses cheveux complètement désordonnés sur le sommet de la tête qu'il ne coiffa pas parce que les nœuds étaient légion dans sa crinière humide et, étant douillet, il préférait attendre qu'elle sèche elle aussi. Sautant dans un short et un boxer appartenant à Kenny, il alla discrètement dans sa chambre et prit un pull dans lequel il s'emmitoufla avant d'aller timidement dans le salon pour le regarder.

- Euh je t'ai emprunté des affaires... C-ça ne t'embête pas ? Bredouilla-t-il timidement en le regardant, rougissant légèrement en tirant sur les manches.

---

{hrp: désolée pour cette petite réponse, je ferais mieux dans la prochaine :) J'espère qu'elle t'inspirera néanmoins ^^" Sinon tu me dis et je l'étofferais, promis ^^}

----------------------------------------

---

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]

---

=> [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] et [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] de Kazuo Yamakishi

---
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: In a friend's arms... (PV Kazuo)   

Revenir en haut Aller en bas
 

In a friend's arms... (PV Kazuo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Goodbye my old friend...
» Hey my friend [PV]
» Combat arms
» Heavy in your arms [Wyatt] -TERMINÉ
» It's a carousel my friend - Défi {Vera}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yaoi Rpg :: District vert (Est) :: 
Résidences
 :: Maison de Kenny Lystar
-